Que se passe-t-il dans le monde ?

< Retour au menu

  • Nissan menace de quitter le Royaume-Uni en cas de no deal
    Enfermee dans les contradictions du Brexit, l'usine de Sunderland, qui produit en majorite pour l'UE, pourrait fermer, faute d'un accord douanier sur ses exportations.
  • Afrique du Sud : la justice met la pression sur Cyril Ramaphosa
    Pour la justice, certaines mesures restrictives imposees par le gouvernement sont contraires a la Constitution. Il a 14 jours pour rectifier le tir.
  • Festival de Cannes 2020: une "sélection officielle" pour soutenir le cinéma
    FESTIVAL DE CANNES - Après plus de trois mois d’arrêt complet liés à l’épidémie de coronavirus, l’industrie du cinéma redémarre doucement. Alors que certains tournages ont repris, les salles rouvriront leurs portes à compter du lundi 22 juin en France. Et si le Festival de Cannes n’a pu se tenir, ses organisateurs ont tenu à dévoiler ce mercredi 3 juin l’intégralité de leur sélection officielle, coup de pouce aux films qui sortiront dans les semaines et mois à venir.Exit les sections habituelles séparant la compétition, les projections hors compétition et les séances spéciales, la sélection 2020 regroupe 56 films que le Festival de Cannes entend “accompagner et soutenir en France et à l’étranger” grâce à ce label qui leur est apposé.“Cette sélection, elle est là, et elle est belle. Elle dit que le cinéma, qui a disparu des salles pendant trois mois en 2020, et pour la première fois depuis leur création par Lumière le 28 décembre 1895, est plus vivant que jamais”, assure Thierry Frémaux, le délégué général.Si parmi cette cinquantaine de longs-métrages, certains “figuraient dans les pronostics établis par les commentateurs”, détaille-t-il. “D’autres films, également attendus, visionnés et aimés par le comité de sélection, seront absents, car leurs auteurs et producteurs ont choisi de repousser leur sortie à l’hiver ou au printemps 2021″.C’est le cas par exemple de “Benedetta” de Paul Verhoeven, dont la sortie a été reportée à mai 2021.Plus d’informations à suivre... À voir également sur Le HuffPost: Aller au cinéma plus risqué que prendre le métro? Ce patron de salle est perplexeLIRE AUSSI Grâce à cet artiste, le Festival de Cannes 2020 a quand même son affiche Le confinement peut-il vraiment changer le rapport des Français au cinéma ?
    Louise Wessbecher
  • Municipales: À Bordeaux, LR et LREM justifient leur alliance par le coronavirus
    MUNICIPALES 2020 - Le maire sortant de Bordeaux Nicolas Florian (LR) et son désormais co-listier Thomas Cazenave (LREM) ont invoqué ce mercredi 3 juin “la situation exceptionnelle” née de la crise sanitaire du coronavirus pour justifier leur alliance scellée à la dernière minute en vue du deuxième tour des municipales.“Nous vivons une situation exceptionnelle” et “face à ce qui est devant nous, l’idée d’un rassemblement tombait sous le sens”, a déclaré lors d’un point presse le maire LR au côté de son ancien adversaire après des mois et des mois de face-à-face tendu.Pour Thomas Cazenave, “il y a un avant et un après premier tour”: “notre ville est confrontée à une crise économique et sociale sans précédent” et “dans ce contexte, il fallait arriver à travailler ensemble, dépasser les étiquettes”, a ajouté celui qui occupera la 3e place sur cette liste d’union remaniée avec 30% de marcheurs.Des programmes proches à “80%”Nicolas Florian, 51 ans, proche et successeur depuis mars 2019 d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, et Thomas Cazenave, 42 ans, ex-délégué interministériel à la transformation de l’État, ont fait valoir que leur accord de coalition comportait des “points de convergence” sur des thèmes tels qu’une “ville plus proche”, “une métropole plus forte”, la “transition énergétique”, la “re-végétalisation de la ville”, a énuméré Thomas Cazenave.“Au final, quand vous superposez le programme de Nicolas Florian et celui de Thomas Cazenave, il y a quand même un socle commun à 80%”, a estimé Nicolas Florian.Il y a encore quelques jours, une quadrangulaire était en vue à Bordeaux, qui promettait de mettre Nicolas Florian dans une situation potentiellement délicate, lui qui n’avait devancé que de 96 voix l’écologiste allié à la gauche Pierre Hurmic (34,56% contre 34,38%) au 1er tour. Suivaient la liste de Thomas Cazenave (12,69%) et celle, “anticapitaliste”, du NPA Philippe Poutou (11,77%).La désignation de Thomas Cazenave comme candidat du parti présidentiel, dans une ville dont il est originaire mais où il n’avait pas d’ancrage politique, contre un maire sortant juppéiste “Macron compatible” avait fait grincer des dents dans la majorité bordelaise, qui comprend notamment le MoDem, allié de LREM au plan national. “On s’est parlés nous-mêmes (...) en aucun cas, on a eu à demander d’intervention”, a souligné Nicolas Florian en référence au rôle actif joué par le Premier ministre pour ce rapprochement.À voir également sur le HuffPost: Le conseil municipal très bucolique de Gradignan en GirondeLIRE AUSSI: La difficile campagne des candidats challengers en pleine crise sanitaire Pour les municipales, LREM noue des alliances à géométrie invariable
    Le HuffPost avec AFP
  • « Le Point » et France Inter créent un prix littéraire
    > et France Inter s'associent pour la rentree litteraire et le prix du livre etranger. Des lauriers decernes par un jury paritaire de 8 personnes.
  • Coronavirus : Auditions de ministres, « manigances » entre LR et LREM… Tout savoir sur la commission d’enquête à l’Assemblée
    Le lancement de cette commission d'enquête à l'Assemblée nationale, qui s'inscrit dans le prolongement d'une mission d'information parlementaire, est déjà critiquée
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • VIDEO. Déconfinement : Alcool, cigarettes, pecorino et petites culottes… Les Azuréens sont de retour en Italie
    Des Français ont profité du premier jour de réouverture de la frontière, côté italien, à Vintimille
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Coronavirus: Le rugbyman Maxime Mbanda, ambulancier volontaire pendant la crise, fait chevalier de l'ordre du Mérite
    Le troisième ligne international s'était engagé à Parme, en Emilie-Romagne, l'une des zones les plus touchées par l'épidémie
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Afrique du Sud : la justice met la pression sur Cyril Ramaphosa
    Pour la justice, certaines mesures restrictives imposees par le gouvernement sont contraires a la Constitution. Il a 14 jours pour rectifier le tir.
  • La version gratuite de Zoom ne bénéficiera pas du chiffrement des communications
    Le service de visioconférence, qui connaît un gigantesque succès depuis le début de la pandémie, avait été critiqué pour des problèmes de confidentialité et de sécurité.
  • Un livre pour découvrir Michel Piccoli derrière les apparences
    La journaliste Anne-Sophie Mercier publie une biographie de l’acteur, mort le 12 mai, révélant des pans restés secrets de sa personnalité.
  • Un défenseur des animaux découvre un renard mort sur sa voiture
    CHASSE - Pierre Rigaux est naturaliste, défenseur des animaux et militant anti-chasse. Ce mercredi 3 juin en sortant de son domicile dans la Drôme, il a eu la mauvaise surprise de découvrir un renard mort déposé sur le capot de sa voiture, également souillée par du sang. Le militant soupçonne que cet acte est directement lié à ses positions contre la chasse. “J’était surpris et choqué, c’est vraiment odieux de faire ça”, déclare-t-il à France Bleu Drôme Ardèche. View this post on InstagramA post shared by Pierre Rigaux (@pierrerigaux) on Jun 3, 2020 at 1:54am PDT Des méthodes dignes de la “mafia”Le naturaliste explique qu’il reçoit régulièrement des menaces de mort depuis plusieurs années de la part de chasseurs, par courrier ou sur les réseaux sociaux, mais que c’est la première fois qu’il subit une telle chose.Indigné face à cet acte, mais aussi inquiété par l’utilisation de telles méthodes, il déclare à France Bleu que “c’est ignoble pour ce petit renard, mais à la fois c’est le fonctionnement de cette petite mafia qui utilise tous les moyens pour intimider les gens”. Un acte qui renfonce ses convictions. “Une fois le choc passé, ce genre de méthode ne fait que renforcer ma motivation pour lutter contre la chasse et les dérives de la chasse en général”, explique-t-il.Et il n’est pas seul puisque la cruauté de ces agissements a soulevé une vague d’indignation sur les réseaux sociaux. Le journaliste, Hugo Clément, également engagé pour la cause animale, a partagé ses photos en déclarant que “face à la connaissance et à l’information, certains ne savent répondre que par la cruauté et la haine”. View this post on InstagramA post shared by Hugo Clément (@hugoclementk) on Jun 3, 2020 at 1:59am PDT La Secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire Brune Poirson a également apporté son soutien au militant. “Honte à ceux qui sacrifient la vie d’un animal pour effrayer un défenseur de la nature. Le parti de la violence et de l’indignité n’existe pas dans le débat démocratique”, a-t-elle écrit sur Twitter. Pierre Rigaux a quant à lui décidé de porter plainte. Soutien à Pierre Rigaux après cette tentative d’intimidation odieuse.Honte à ceux qui sacrifient la vie d’un animal pour effrayer un défenseur de la nature. Le parti de la violence et de l’indignité n’existe pas dans le débat démocratique. https://t.co/d1P8OoKd5O&mdash; Brune Poirson (@brunepoirson) June 3, 2020À voir également sur Le HuffPost: Hugo Clément rachète un terrain de chasse grâce aux dons d’internautesLIRE AUSSI: La star de "Tiger King", Carole Baskin obtient le zoo de son grand rival Joe Exotic Coqueluches du confinement, les poules pondeuses perdront-elles des plumes après le 2 juin?
    Manon Heckmann
  • Les compagnies aériennes chinoises temporairement bannies des États-Unis
    L'administration Trump a fustige >, apres que Pekin n'a pas autorise les compagnies americaines a reprendre l'activite en Chine.
  • Pourquoi Harry Roselmack, fils de CRS, a manifesté contre les violences policières
    VIOLENCES POLICIÈRES - “J’ai une haute idée de nos forces de l’ordre. C’est pour cela que je suis allé manifester.” Dans un message publié ce mercredi 3 juin sur le compte Facebook de son film “Fractures”, le journaliste Harry Roselmack a dévoilé les raisons qui l’ont poussé la veille à aller manifester contre les violences policières dans la capitale. Et ce malgré l’interdiction formulée par la préfecture de police de Paris.Cette manifestation, qui a réuni 20.000 personnes, était organisée pour rendre hommage à George Floyd et ne pas oublier Adama Traoré, décédé le 19 juillet 2016 à la gendarmerie de Persan, après son interpellation à Beaumont-sur-Oise.Alors que des slogans anti-policiers ont été entendus dans ce rassemblement, le journaliste assure pourtant vouloir défendre l’idée qu’il se fait des “gardiens de la paix”.“En tant que citoyen, j’ai un respect de principe envers le travail des forces de l’ordre de mon pays. En tant que fils de CRS, j’ai un attachement affectif pour la police”, prévient Harry Roselmack qui indique avoir manifesté pour défendre “la Justice, la Démocratie, les Victimes mais aussi la Police et la Gendarmerie”.“Exiger l’exemplarité”En tant que citoyen, j’ai un respect de principe envers le travail des forces de l’ordre de mon pays. En tant que fils...Publiée par Harry Roselmack sur Mardi 2 juin 2020Pour Harry Roselmack, manifester contre les violences policières n’empêche pas un gendarme ou bien un policier de manifester. “Tous ceux qui estiment que la police et la gendarmerie doivent rester des gardiens de la paix et de la démocratie auraient dû venir, ou bien s’associer à cette manifestation.“Pour moi, il ne s’agissait pas de manifester contre la police et la gendarmerie” mais bien de défendre l’exigence qu’impose cette fonction. “Exiger l’exemplarité dans les enquêtes et les condamnations dans les affaires impliquant des policiers ou des gendarmes, c’est faire honneur à la démocratie.”“Un policier, un gendarme ne peut pas être un homme ou une femme lambda. Ils doivent être exemplaires : dévoués, courageux, probes, justes, dénués d’opinions personnelles ou de pulsions violentes dans l’exercice de leur métier”, indique le journaliste.Des réformes nécessairesDans son message abordant sa vision des forces de l’ordre, Harry Roselmack reconnaît les bavures policières tout en remettant en cause le système policier actuel.“Il y a au sein des forces de l’ordre des hommes et des femmes qui ne sont pas à la hauteur de leur tâche. Ces personnes, quand elles commettent des infractions, doivent être jugées et condamnées. Pour une suspicion de délit ou un crime, la qualité de policier, de gendarme, devrait toujours être une circonstance aggravante qui expose le suspect à une sanction plus lourde que le commun des justiciables. Cela semble au contraire être une circonstance atténuante voire une immunité. C’est inadmissible”, explique le journaliste. “Pourquoi sont-ce des policiers qui enquêtent sur les délits ou les crimes présumés commis par des policiers? Pourquoi ne sont-ce pas des officiers de l’IGGN (inspection générale de la gendarmerie nationale) qui enquêtent sur des affaires mettant en cause des policiers et des officiers de l’IGPN (inspection générale de la police nationale) qui enquêtent sur des affaires mettant en cause des gendarmes? Cela limiterait les risques de conflits d’intérêts.”En conclusion de son message, Harry Roselmack appelle à la mise en place de réformes au sein du corps policier. “Qu’est-ce qui est fait dans leur recrutement, leur formation, leur carrière pour s’assurer qu’un policier ou un gendarme ne cédera pas à une inclination raciste ou xénophobe? Exiger cela, c’est faire honneur aux forces de l’ordre, à la responsabilité qui est la leur.”À voir également sur Le HuffPost: Christophe Castaner promet que chaque mot ou faute raciste dans la police sera sanctionnéLIRE AUSSI: Pourquoi le chant de Camélia Jordana pour Adama Traoré a fait bondir ces politiques Tony Yoka s'excuse après une prise de parole très polémique   
    Pierre Nicolas L'Olive
  • États-Unis : le ministre de la Défense s'oppose au déploiement de l'armée
    Le chef du Pentagone affirme ne pas etre >. Le pays est secoue par des manifestations antiracistes.
  • Alpes-Maritimes : il y avait du monde pour la réouverture de la frontière italienne
    Olivier Orsini, en duplex depuis Menton (Alpes-Maritimes), revient sur la confusion qu'il y a eu au moment de la réouverture de la frontière avec l'Italie.
  • Les compagnies aériennes chinoises temporairement bannies des États-Unis
    L'administration Trump a fustige >, apres que Pekin n'a pas autorise les compagnies americaines a reprendre l'activite en Chine.
  • Le Rassemblement national trouve un accord avec son créancier russe sur un prêt de plusieurs millions d'euros
    L'entreprise russe avait initialement prêté environ 9 millions d'euros au parti d'extrême-droite mais avait porté plainte pour non-remboursement.
  • Hydroxychloroquine : «The Lancet» plus sûr de rien
    La revue scientifique prend ses distances avec l'étude publiée dans ses pages le 22 mai qui attestait de l'inefficacité de l’hydroxychloroquine.
    Liberation.fr
  • Londres tend la main à trois millions de Hongkongais
    Face à l’imposition de la loi de Pékin à Hong Kong, Boris Johnson a fait part de son intention mercredi 3 juin de faciliter la venue au Royaume-Uni des détenteurs du statut de Britannique d’outre-mer, imaginé avant la rétrocession. Un signe fort, pour ce journal conservateur, même si les modalités d’exécution restent à déterminer.
  • Déconfinement : réouverture difficile pour les collèges en zone orange
    En zone orange et en Île-de-France notamment, les collèges ouvrent peu à peu, même si pour l’instant, ils n’accueillent prioritairement que des collégiens de 6e et de 5e.
  • À Austin, des habitants aident un SDF ayant perdu son matelas pendant les émeutes
    INTERNATIONAL - Alors que les manifestations après la mort de George Floyd se poursuivent aux États-Unis, les manifestants ont croisé la route d’un SDF à Austin (Texas). Emportés par la colère contre les violences policières à l’encontre des personnes noires, ils ont brulé son matelas, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article. Depuis, la journaliste Propublica Jessica Huseman a dévoilé quelques éléments sur “Cale” et l’histoire du SDF a pris de l’ampleur. “Il s’appelle Cale, il vit devant mon immeuble”, a-t-elle tweeté.This is Austin. This man’s name is Cale, and he lives in front of my building. https://t.co/26RXxjfJsI&mdash; Jessica Huseman (@JessicaHuseman) June 1, 2020 La journaliste a lancé un appel à l’aide sur son compte Twitter. “Je n’ai pas vu Cale ce soir. Je suis sûr que je le verrai demain. Quand je lui ai parlé aujourd’hui, il m’a dit qu’il n’avait besoin de rien, il voulait juste être entendu. Écoutons-le”, a-t-elle ensuite écrit.Didn’t see Cale tonight. I’m sure I’ll see him tomorrow. Will report back. When I spoke to him today he told me he didn’t need anything he just wanted to be heard. Let’s hear him. But now I’m headed home.— Jessica Huseman (@JessicaHuseman) June 1, 2020Touchés par ce qu’il s’est passé à “Cale”, des habitants de la ville texane n’ont pas tardé à lancer leur recherche pour le retrouver et l’aider. Ils lui ont donné de la nourriture, de l’argent et une tente pour pouvoir dormir le soir. Dans une vidéo postée sur TikTok, on voit “Cale” heureux de la réaction des habitants. “Merci Austinites, je vous aime, vous êtes les meilleurs”, a-t-il dit. À voir également sur Le HuffPost: Dans la rue en pleine épidémie de coronavirus: “On n’existe plus”LIRE AUSSI: Le premier centre de confinement pour SDF à Paris ouvert "d'ici vendredi" Plusieurs SDF verbalisés en France pour non-respect du confinement, selon les associations
    Khalil Kajehi
  • Mort de George Floyd : La fédération allemande ne sanctionnera pas les hommages de joueurs en Bundesliga
    Cette décision sera maintenue lors des prochains matchs de Bundesliga
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Paris : Le défenseur des droits dénonce un « harcèlement discriminatoire » dans un commissariat
    Un groupe d'adolescents et de jeunes adultes du 12e arrondissement de Paris décrivent, entre juillet 2013 et juillet 2015, une succession de contrôles, de vérifications d'identité, palpations et conduites au commissariat
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Le musée du camp d'Auschwitz, en difficulté financière, lance un appel aux dons
    La crise du coronavirus a lourdement pénalisé le musée d'Auschwitz, qui appelle aux soutiens financiers
  • Mort de George Floyd : le plaquage ventral, une technique décriée mais pratiquée en France
    La mort de George Floyd aux États-Unis résonne particulièrement en France pour les proches d'Adama Traoré, mort après son interpellation il y a bientôt quatre ans. 
  • « Thérapies de conversion » : La députée LREM Laurence Vanceunebrock a déposé une proposition de loi pour les interdire
    Ce projet de loi vise à permettre des poursuites contre les organisateurs, mais aussi à obtenir des chiffres sur ce phénomène, car il n’en existe pas en France
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Municipales 2020 dans le Grand Est : Quels sont les enjeux du 2e tour à Nancy, Metz, Mulhouse et Colmar ?
    Coups de théâtre à Colmar, duels serrés à Metz ou Nancy... Tour d'horizon dans les villes du Grand Est avant le 2e tour des municipales
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Michel Cymes appelle les internautes à la vigilance après des arnaques utilisant son image
    Prudence est de mise sur les réseaux sociaux, où des personnes peu scrupuleuses tentent d'arnaquer les internautes en utilisant des photos de célébrités
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Une députée LREM dépose une proposition de loi pour interdire les "thérapies de conversion"
    Ces pratiques prétendent transformer l'orientation sexuelle ou l'identité de genre d'une personne non-hétérosexuelle.
  • États-Unis : le ministre de la Défense s'oppose au déploiement de l'armée
    Le chef du Pentagone affirme ne pas etre >. Le pays est secoue par des manifestations antiracistes.
  • Manifestation en soutien à la famille Traoré : "La question des violences policières est en train de sortir des banlieues", analyse un chercheur
    Pour Sébastian Rocher, directeur de recherche au CNRS, le fait que ce rassemblement ait eu lieu devant le palais de justice de Paris signifie que le débat prend une ampleur nationale. Il fait le parallèle avec la mobilisation des "gilets jaunes".
  • "L'état d'urgence, aujourd'hui, ne se justifie plus d'un strict point de vue juridique", estime un constitutionnaliste
    Dominique Rousseau prend comme preuve que la phase 2 du déconfinement sert justement à lever les mesures d'urgence.
  • Les Japonais rejettent une réforme controversée de la justice, le gouvernement en péril
    Sous la pression de l’opinion, le gouvernement de Shinzo Abe a dû renoncer à une réforme controversée de la justice visant à promouvoir un proche du pouvoir au plus haut poste de la magistrature. Depuis lors, l’exécutif souffre d’une sérieuse crise de confiance qui pourrait bien précipiter sa chute, analyse la presse japonaise.
  • Restaurants à Paris : « C'est une nouvelle façon de travailler »
    Plus de deux mois apres la fermeture des restaurants, la reouverture des terrasses a permis aux etablissements de rouvrir leur cuisine... pour le plus grand bonheur des clients.
  • George Floyd: À Portland, ils étaient des milliers à observer neuf minutes de silence
    BLACK LIVES MATTER - Neuf minutes de silence. C’est le temps qu’ont observé mardi 2 juin des milliers de manifestants sur le pont de Burnside à Portland dans l’Oregon. Offrant ainsi une image très forte d’unité et de protestation pacifique pour ce cinquième jour consécutif de manifestations après la mort de George Floyd aux mains des policiers.Symboliquement menottés et allongés à plat ventre sur le pont emblématique de la ville la plus peuplée de l’Oregon, ces manifestants ont ainsi reproduit la posture de décès de l’Afro-Américain dont la mort a provoqué des manifestations et des émeutes dans tout le pays. Pendant neuf minutes de silence, ils ont mimé les neuf minutes pendant lesquelles le policier, Derek Chauvin, a maintenu son genou sur le cou de l’homme de 46 ans.Cette opération pacifique a été menée par une foule compacte et calme selon les images et les témoignages des personnes sur place. Elle a donné lieu à des images assez impressionnantes vues du ciel, comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus.À voir également sur Le HuffPost: En Floride, cette mère appelle les policiers à la non-violenceLIRE AUSSI: BLOG - Avec #BlackOutTuesday, Instagram devient un levier contre le racisme BLOG - "La France n'est pas les États-Unis" mais elle s'enfonce dans le même déni
    Le HuffPost
  • Coronavirus: Le chercheur à l'origine du non-confinement en Suède fait son mea culpa
    CORONAVIRUS - L’épidémiologiste suédois Anders Tegnell, de l’Agence de santé publique, a reconnu ce mercredi 3 juin que l’approche plus souple adoptée par le royaume scandinave pour contenir la propagation du nouveau coronavirus pouvait être améliorée.Anders Tegnell, souvent présenté comme le visage de la stratégie suédoise de lutte contre le virus, a toutefois défendu la décision de ne pas imposer de confinement comme dans de nombreux pays européens.“Si nous devions rencontrer la même maladie avec tout ce que nous savons aujourd’hui sur elle, je pense que nous finirions par faire quelque chose entre ce que la Suède et le reste du monde ont fait”, a déclaré l’épidémiologiste sur les ondes de la radio publique suédoise.Cafés, bars, restaurants et entreprises sont restés ouvertsÀ la date de ce mercredi, 38.589 cas de coronavirus avaient été détectés dans le pays depuis le début de la crise, et 4.468 personnes sont décédées des suites de la maladie, selon les autorités sanitaires, une mortalité décrite par Anders Tegnell comme “vraiment” trop élevé.En effet, avec 43 morts pour 100.000 habitants, le pays se classe parmi les pires élèves mondiaux, bien loin de ses voisins norvégien et danois par exemple. Le professionnel dit cependant ne pas être sûr si l’instauration de mesures supplémentaires -et lesquelles- auraient fait la différence.“Il serait bien de savoir plus précisément ce que l’on doit stopper pour mieux prévenir la propagation de l’infection”, a-t-il expliqué.Le pays scandinave a maintenu ouverts les écoles (pour les enfants de moins de seize ans), cafés, bars, restaurants et entreprises, demandant à chacun d’observer les recommandations de distanciation sociale et de “prendre ses responsabilités”.La lutte contre le covid-19, un “marathon, pas un sprint”La population a été incitée à travailler à domicile, à limiter ses contacts et à se laver les mains régulièrement.Seules contraintes majeures, les rassemblements de plus de 50 personnes ont été interdits, de même que les visites dans les maisons de retraite.Les autorités suédoises continuent de défendre leur modèle et parlent de mesures pertinentes sur le long terme, répétant dans les médias que cette lutte contre le virus est un “marathon, pas un sprint”.Cette approche a suscité une vague de critiques, aussi bien dans le pays qu’en dehors, à l’heure où le nombre des morts y a largement dépassé ceux des voisins nordiques, qui ont tous imposé des mesures restrictives.À voir également sur le HuffPost: La Suède et les Pays-Bas ne confinent pas leurs habitants, et c’est très culturelLIRE AUSSI: Même "The Lancet" prend ses distances avec l'étude sur l’hydroxychloroquine L'appli StopCovid téléchargée 600.000 fois en moins de 24h
    Le HuffPost avec AFP
  • Tony Yoka s'explique après une prise de parole très polémique
    BOXE - Après avoir réagi de manière virulente à la mort de Georges Floyd, le champion olympique des super-lourds aux Jeux de 2016, Tony Yoka, est revenu sur ses propos dans un message publié sur les réseaux sociaux, ce mercredi 3 juin.  Le boxeur français de 28 ans avait, comme le préciseRMC SPORT,  publié un message incendiaire suite au décès de George Floyd, le 25 mai, sous le genou d’un agent de la police américaine du Minnesota. Son message avait d’ailleurs suscité la colère de l’ancien champion de France des lourds, Raphaël Tronché.“Ce mec est un porte-voix grâce à sa notoriété médiatique, mais il s’en sert pour délivrer des appels à la haine”, explique Raphaël Tronché dans une interview accordée à l’Équipe. “Personne ne se lèvera pour nous. C’est à nous de faire ce qu’il faut. Peu importe ce qui se dira après ce post, brûlez tout, niquez tout. Je ne reviendrai pas sur ma parole tant qu’on ne sera pas considérés comme leurs semblables. Putain j’ai la haine”, avait dit Tony Yoka dans son message virulent. “Je serai toujours contre toute forme de racisme”Accusé de promouvoir la violence, Tony Yoka a tenu à s’expliquer sur ses comptes Instagram et Twitter. Soyons solidaires ✊🏿✊🏽✊🏻🇫🇷 pic.twitter.com/ZICCkllZIf— Tony YOKA (@TonyYoka) June 3, 2020“J’ai toujours été et je serai toujours contre toute forme de racisme. Quelles que soient les origines, la couleur, la religion, l’orientation sexuelle (etc) que nous avons, nous sommes tous égaux et nous devons tous nous accepter”, précise le boxeur dans son message.  “J’ai reçu tellement de messages d’amour que je me suis demandé si la rage que je porte pour le racisme était plus forte que l’amour que j’avais pour mon prochain”, explique Tony Yoka en indiquant que “l’histoire nous montre que même si c’est encore grave, nous progressons alors je prônerai désormais l’amour plutôt que la haine.” Le boxeur français fait part de son regret en ce qui concerne le message virulent: “Ne pensez pas que je regrette de m’être exprimé. Je regrette seulement qu’au lieu de rassembler, mon message a divisé alors que tout ce que je prône, c’est l’unité.” Sur Instagram, son message a notamment suscité le soutien de la Miss France 2010, Malika Ménard.À voir également sur Le HuffPost: À la manifestation pour Adama Traoré, ils ne souhaitent pas imiter les États-UnisLIRE AUSSI: La manifestation Porte de Clichy contre les violences policières se termine sous tension À la manif pour Adama Traoré, Virginie Despentes et Vikash Dhorasoo ont aussi pensé à Camélia Jordana
    Pierre Nicolas L'Olive
  • Norvège : à la découverte de la falaise du Trolltunga
    France 2 vous emmène toute cette semaine au pays des fjords. Mercredi 3 juin, on s'élance sur l'une des randonnées les plus difficiles de Norvège, avec à l'arrivée un panorama à couper le souffle.
  • La Guinée Equatoriale demande le départ de la représentante de l’OMS
    Le Premier ministre équato-guinéen Pascual Obama Asué a accusé, devant le Sénat, la représentante de l'OMS d'avoir "falsifié les données de personnes contaminées" par le Covid-19.
  • La mobilisation des entreprises américaines dans la lutte antiraciste est à double tranchant
    Alors que les manifestations continuent aux Etats-Unis après la mort de George Floyd, plusieurs grandes sociétés expriment leur solidarité avec la communauté noire. Mais ces prises de position ne font pas l’unanimité.  
  • Déconfinement de la culture, poids et mesures
    Est-ce que l’économie du spectacle vivant, contrainte à un empilement de mesures sanitaires drastiques, peut oser la comparaison de sa survie à celle des transports publics ?
    Liberation.fr
  • Meurtre de George Floyd : l'Afrique réagit
    Sur le continent africain, comme partout dans le monde, les reactions se multiplient apres la mort de George Floyd aux Etats-Unis.
  • Une députée LREM dépose une proposition de loi pour interdire les "thérapies de conversion"
    Ces pratiques prétendent transformer l'orientation sexuelle ou l'identité de genre d'une personne non-hétérosexuelle.
  • La Nouvelle-Zélande agit contre la précarité menstruelle dans les écoles
    Le gouvernement néo-zélandais a décidé ce mercredi 3 juin de proposer des protections périodiques gratuites à toutes les jeunes filles scolarisées. L’expérimentation lancée dans une région du nord du pays doit être généralisée d’ici à 2021.
  • Économie : Les Républicains prônent du Le Maire XXL
    Les propositions de relance de l'economie francaise du parti de droite ressemblent a celles preparees a Bercy par leur ancien camarade.
  • Meurtre de George Floyd : l'Afrique réagit
    Sur le continent africain, comme partout dans le monde, les reactions se multiplient apres la mort de George Floyd aux Etats-Unis.
  • Assemblée : les députés « insoumis » dénoncent les attaques des macronistes contre leurs textes
    Les députés La France insoumise estiment que leurs homologues macronistes ont vidé de leur contenu les textes qu’ils voulaient proposer à l’occasion de la niche parlementaire.
  • Municipales 2020 : Saint-Denis, Mantes-la-Ville, Levallois… Quelles sont les points chauds du scrutin en Île-de-France ?
    «20 Minutes» fait le point sur les points chaud du second tour en Ile-de-France
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Christophe Castaner promet « une sanction » pour « chaque faute » ou mot raciste dans la police
    Christophe Castaner était interrogé au Sénat ce mercredi au lendemain de manifestations contre les violences policières
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Hauts-de-France : Le second tour des municipales peut réserver des surprises
    « 20 Minutes » a sélectionné quatre communes de la région dans lesquelles l’élection municipale est loin d’être jouée
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Manifestation en soutien à la famille Traoré : "La question des violences policières est en train de sortir des banlieues", analyse un chercheur
    Pour Sébastian Rocher, directeur de recherche au CNRS, le fait que ce rassemblement ait eu lieu devant le palais de justice de Paris signifie que le débat prend une ampleur nationale. Il fait le parallèle avec la mobilisation des "gilets jaunes".
  • "On ne peut plus laisser passer ça" : plusieurs sportifs français sortent du silence après la mort de George Floyd
    Plusieurs sportifs français de haut niveau ont pris la parole ces derniers jours pour dénoncer le racisme après la mort de George Floyd, une démarche plutôt rare dans ce milieu peu habitué à prendre position.
  • Russie : des milliers de tonnes de carburant déversées par accident dans un cours d'eau en Arctique
    La pollution a été causée par la fuite d'un réservoir de carburant d'une centrale thermique située à quelques kilomètres à l'ouest de Norilsk, en Sibérie orientale, au nord du cercle polaire arctique.
  • Consommation : ces Français qui tentent de vivre en autosuffisance
    Avec le confinement, les Français sont très nombreux à avoir changé leurs habitudes de consommation. Certains se sont même lancés sur la voie de l'autosuffisance en produisant ce qu'ils mangent.
  • De plus en plus d’interrogations autour des données de l’étude parue dans “The Lancet”
    Deux prestigieuses revues médicales se disent préoccupées par des études qu’elles ont publiées et qui impliquaient différents traitements testés contre le Covid-19. En cause : la qualité des données fournies par Surgisphere, une société bien mystérieuse.
  • Adama Traoré: le préfet Lallement saisit la justice après le rassemblement interdit
    POLICE - Le préfet de police de Paris Didier Lallement a signalé ce mercredi 3 juin à la justice l’organisation d’une manifestation interdite, qui a rassemblé au moins 20.000 personnes à l’appel du comité de soutien à la famille d’Adama Traoré, jeune homme noir mort en 2016 après une interpellation, a indiqué une source policière.“Le préfet de police a fait un article 40 auprès du parquet suite à la manifestation d’hier soir”, a déclaré cette source. Il revient désormais au procureur d’ apprécier les suites à donner à ce signalement.L’article 40 impose à “toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire qui, dans l’exercice de ses fonctions, acquiert la connaissance d’un crime ou d’un délit”, “d’en donner avis sans délai au procureur de la République et de transmettre à ce magistrat tous les renseignements, procès-verbaux et actes qui y sont relatifs”, selon le code de procédure pénal.État d’urgence sanitaire et débordements craintsMardi matin la préfecture de police (PP) avait annoncé que cette manifestation n’était pas autorisée en raison de l’état d’urgence sanitaire, qui proscrit tout rassemblement public de plus de dix personnes. Elle n’avait en outre “fait l’objet d’aucune déclaration préalable”.La PP estimait également que “la tonalité de l’appel à manifester relayé par les réseaux sociaux laissait craindre que des débordements aient lieu sur un site sensible”.La fin de la manifestation a été émaillée d’incidents sporadiques: jets de projectiles, tirs de gaz lacrymogènes, incendies, manifestants sur le périphérique... A Clichy, les vitres d’un poste de police municipale ont été brisées par des manifestants.Dix-huit personnes ont été interpellées en raison de ces incidents.À voir également sur le HuffPost: Christophe Castaner promet que chaque mot ou faute raciste dans la police sera sanctionnéLIRE AUSSI: Pourquoi le chant de Camélia Jordana pour Adama Traoré a fait bondir ces politiques Il n'y a pas qu'à Paris que la mobilisation a eu lieu pour Adama Traoré
    AFP
  • Coronavirus : The Lancet prend ses distances avec l'étude sur la chloroquine
    CORONAVIRUS - L’horizon s’assombrit pour les auteurs de l’étude très critiquée sur l’hydroxychloroquine et le Covid-19: la prestigieuse revue médicale The Lancet, qui l’avait publiée, a pris ses distances en reconnaissant dans un avertissement formel que “d’importantes questions” planaient à son sujet.Dans un communiqué publié ce mercredi 3 juin, The Lancet souhaite ainsi “alerter les lecteurs sur le fait que de sérieuses questions scientifiques ont été portées à (son) attention” au sujet de cette étude publiée le 22 mai dernier, indique la revue.Cet avertissement a été publié mardi soir sous la forme d’une “expression de préoccupation”, déclaration formelle employée par les revues scientifiques pour signifier qu’une étude pose potentiellement problème. Si une “expression de préoccupation” n’est pas aussi lourde de conséquences qu’une rétractation pure et simple, elle est tout de même de nature à jeter le doute.Un audit attendu “très prochainement”L’étude en cause conclut que l’hydroxychloroquine n’est pas bénéfique aux malades du Covid-19 hospitalisés et peut même être néfaste. Elle a eu un retentissement mondial et des répercussions spectaculaires, en poussant notamment l’OMS (Organisation mondiale de la santé) à suspendre les essais cliniques sur l’hydroxychloroquine contre le Covid-19. De même, la France a décidé de bannir ce traitement.Cette étude se fonde sur les données de 96.000 patients hospitalisés entre décembre et avril dans 671 hôpitaux, et compare l’état de ceux qui ont reçu le traitement à celui des patients qui ne l’ont pas eu. Dans la foulée de sa parution, de nombreux chercheurs ont exprimé leurs doutes sur l’étude, y compris des scientifiques sceptiques sur l’intérêt de l’hydroxychloroquine contre le Covid-19.Dans une lettre ouverte publiée le 28 mai, des dizaines de scientifiques du monde entier soulignent que l’examen minutieux de l’étude de The Lancet soulève ”à la fois des inquiétudes liées à la méthodologie et à l’intégrité des données”.Ils dressent une longue liste des points problématiques, d’incohérences dans les doses administrées dans certains pays à des questions éthiques sur la collecte des informations, en passant par le refus des auteurs de donner accès aux données brutes. Celles-ci émanent de Surgisphere, qui se présente comme une société d’analyse de données de santé, basée aux Etats-Unis.We have published an Expression of Concern on the paper by Mehra et al on hydroxychloroquine and chloroquine published on May 22, 2020 https://t.co/yQ9irhRHxxpic.twitter.com/5I1NXTKTjo&mdash; The Lancet (@TheLancet) June 2, 2020 Dans son communiqué de mardi, The Lancet rappelle qu’un “audit indépendant sur la provenance et la validité des données a été demandé par les auteurs non affiliés à Surgisphere et est en cours, avec des résultats attendus très prochainement”. “Ce n’est pas assez, nous avons besoin d’une vraie évaluation indépendante”, a réagi sur Twitter le chercheur James Watson, l’un des initiateurs de la lettre ouverte.“Des doutes planent sur l’intégrité de l’étude du Lancet. Rétrospectivement, il semble que les décideurs politiques se soient trop appuyés sur ce papier”, a lui commenté le professeur Stephen Evans, de la London School of Hygiene and Tropical Medicine.Avant la controverse sur cette étude, d’autres travaux à plus petite échelle étaient parvenus à la même conclusion qu’elle, sans que leur méthodologie fasse l’objet de critiques.Une étude réalisée par des “pieds nickelés” L’étude de The Lancet a en outre été attaquée avec virulence par les défenseurs de l’hydroxychloroquine, souvent avec le mot clé #LancetGate sur les réseaux sociaux. Au premier rang d’entre eux figure le chercheur français Didier Raoult. “Le château de cartes s’effondre”, a-t-il écrit mercredi sur Twitter au sujet de l’avertissement de The Lancet, après avoir déjà qualifié l’étude de “foireuse” et estimé qu’elle avait été réalisée par des “pieds nickelés”.De leur côté, les auteurs, le Dr Mandeep Mehra et ses collègues, défendent leur étude. “Nous sommes fiers de contribuer aux travaux sur le Covid-19″ en cette période d’“incertitude”, avait déclaré à l’AFP le 29 mai l’un d’eux, Sapan Desai, patron de Surgisphere.Mais cette société est au centre de toutes les interrogations: une autre revue médicale de référence, le New England Journal of Medicine (NEJM), a aussi publié mardi une “expression of concern” au sujet d’une étude de la même équipe, réalisée avec les bases de données de Surgisphere. Cette étude-là ne portait pas sur l’hydroxychloroquine mais sur un lien entre la mortalité due au Covid-19 et les maladies cardiaques.Un spécialiste français, le Pr Gilbert Deray, voit dans la publication de ces avertissements par The Lancet et le NEJM le signe que les deux études sont “en voie de rétraction”. Un tel désaveu serait selon lui “un désastre” puisque ces revues sont des “références”.“Ces errements illustrent que le temps scientifique doit être déconnecté de celui médiatique. L’urgence de la pandémie ne justifie pas les études médiocres”, a-t-il estimé sur Twitter.À voir également sur Le HuffPost: Didier Raoult continuera à utiliser de l’hydroxychloroquine, malgré les réticences du ministère de la SantéLIRE AUSSI: L'appli StopCovid téléchargée 600.000 fois en moins de 24h "Le virus perd de sa virulence": l'OMS recadre un célèbre médecin italien
    Le HuffPost avec AFP
  • Météo : l'été s'annonce caniculaire et menaçant
    L'Organisation meteorologique mondiale a confirme les previsions de chaleur de Meteo-France. Aux Etats-Unis, on prevoit une saison riche en cyclones.
  • Municipales 2020 à Paris : Dati estime que « tout est ouvert » face à Hidalgo
    « La victoire sera au rendez-vous le 28 juin », a-t-elle également déclaré
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)