Economie

< Retour au menu

  • Qui a assassiné le père du nucléaire iranien ?
    Le scientifique Mohsen Fakhrizadeh, qui avait developpe le programme militaire de l'Iran, a ete abattu vendredi a l'est de la capitale. Teheran accuse Israel.
  • Procès d'assises : le Conseil d'État refuse la visioconférence
    Pour la plus haute juridiction administrative, selon une decision rendue vendredi, les proces criminels doivent se derouler en presence des accuses.
  • Qui a assassiné le père du nucléaire iranien ?
    Le scientifique Mohsen Fakhrizadeh, qui avait developpe le programme militaire de l'Iran, a ete abattu vendredi a l'est de la capitale. Teheran accuse Israel.
  • Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
    Le Collectif contre l'islamophobie en France (CCIF) a annoncé vendredi sur son site internet s'être auto-dissous et avoir redéployé des activités à l'étranger, face à la menace de sa prochaine dissolution par le...
  • Palestine : la boxe en plein essor chez les jeunes filles
    De 7 à 17 ans, les jeunes Palestiniennes de Gaza tentent de décrocher un ticket pour représenter leur pays dans les compétitions internationales. Un moyen aussi de sortir d’un quotidien difficile, entre crise sanitaire, chômage et conservatisme.
  • Cinémas et couvre-feu : un «horodatage» qui n'annonce pas de grand soir
    La ministre Roselyne Bachelot a dû mettre les points sur les «i» alors que les exploitants de cinéma, dans les starting-blocks de la réouverture, croyaient à tort pouvoir arroser le retour des séances de 20 heures.
    Liberation.fr
  • Producteur tabassé à Paris : Dans la police, « on ne peut pas parler de cas individuels quand des situations se répètent »
    Mathieu Zagrodzki, chercheur associé au Cesdip, revient sur les affaires de violences policières qui défraient régulièrement la chronique
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Confinement : De « Virgin River » à « Heartland », sept séries aussi réconfortantes qu’un film de Noël
    A l’occasion de la sortie de la saison 2 de « Virgin River », sept séries à consommer blotti sur le canapé sous un bon plaid, en attendant les jours meilleurs
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Ski : les stations du Massif central demandent un "réexamen" de la situation locale
    Des élus des stations de moyenne montagne du Massif central ont fait part à Emmanuel Macron de leur "incompréhension" face à la décision de ne pas ouvrir les remontées mécaniques à Noël, demandant un nouvel examen de...
  • Ethiopie : de Prix Nobel de la paix à chef de guerre
    L’Ethiopie est au bord de la guerre civile. Le Premier ministre, qui mène le combat contre la province séparatiste du Tigré, est un Prix Nobel de la paix... qui a choisi la voie des armes. 
  • Espagne : la vidéo choc d'une jeune femme tasée par un policier, hurlant au sol, fait polémique
    Une vidéo sur laquelle une jeune femme, assise au sol, hurlant, alors qu'elle est tasée par un policier, en banlieue de Barcelone, fait polémique en Espagne. 
  • Procès de l'attaque du Thalys : l'audience est suspendue
    Un des accuses est malade. Il devra etre teste au Covid-19 et examine par un medecin. L'audience est suspendue au moins jusqu'a lundi matin.
  • Michel Zecler a aussi été frappé dans la rue, montre cette nouvelle vidéo
    VIOLENCES POLICIèRES - Michel Zecler, un producteur de musique noir dont le passage à tabac filmé samedi 21 novembre dans un studio du XVIIe arrondissement de Paris a fait scandale, a également été roué de coups dans la rue par les policiers, selon une nouvelle vidéo diffusée vendredi.Cette nouvelle vidéo, diffusée par le site Loopsider, déjà auteur des premières révélations jeudi avec une vidéo vue plus de 14 millions de fois, a été filmée par un voisin situé en hauteur.C’est une nouvelle pièce que nous apportons au dossier de l’agression de Michel Zecler.Cette vidéo d’un voisin montre sous un autre angle l’agression et sa violence inouïe.« Ils auraient pu le tuer. » pic.twitter.com/G60NtRNnC9— Loopsider (@Loopsidernews) November 27, 2020La scène se déroule dans la rue, après la première séquence violente dans le studio de musique. Un groupe de policiers intime l’ordre de sortir du studio à Michel Zecler, en le tutoyant. Après le lancement d’une grenade de gaz lacrymogène dans le studio, les policiers le sortent sans ménagement et l’amènent au sol.“Vous m’avez frappé, je n’ai rien fait du tout”Le producteur, que l’on entend hurler, est frappé à plusieurs reprises par au moins un policier en civil, entouré d’une demi-douzaine de policiers. “Il est à genoux et (le policier) lui met à peu près sept coups de poing sur le visage. Après (le policier) s’est relevé, il a tellement tapé fort qu’il avait mal à la main”, témoigne le voisin dans la vidéo. “Mais (ce policier) a dû comprendre à un moment donné qu’il avait fait trop de c... parce qu’il s’est mis lui-même sa capuche sur la tête”, ajoute le voisin.D’autres personnes sont violemment extraites du studio de musique par des policiers. “Monsieur, je n’ai rien fait, je vous jure que je n’ai rien fait”, “vous m’avez frappé, je n’ai rien fait du tout”, entend-on.Violences à caractère racisteQuatre policiers ont été placés en garde à vue vendredi après-midi dans les locaux de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Trois d’entre eux, au cœur de la scène qui a fait scandale, sont notamment entendus pour “violences volontaires, en réunion, avec arme et à caractère raciste” et “faux en écriture publique”, selon le parquet de Paris qui a ouvert une enquête mardi.“On m’a dit ‘sale nègre’ plusieurs fois et en me donnant des coups de poing”, a dénoncé la victime qui a déposé plainte.Les quatre fonctionnaires sont suspendus de leurs fonctions depuis jeudi. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a affirmé jeudi soir qu’il réclamerait leur “révocation”, “dès que les faits seront établis par la justice”. à voir également sur Le HuffPost: Face à la vidéo du tabassage par des policiers : 2 syndicalistes, 2 ambiancesLIRE AUSSI Ferrand s'oppose à Castex sur la commission de l'article 24, Larcher réclame son retrait Face aux violences policières, ces deux archives du candidat Macron refont surface
    AFP
  • Le lien entre Covid-19 et engelures se précise grâce à des chercheurs niçois
    SANTé - La liste des symptômes du coronavirus est longue. Parmi ceux-ci, il en existe un que l’on soupçonne d’être une manifestation d’une atteinte par le Covid-19: les engelures. Une étude publiée dans la revue Annales de Dermatologie et Vénéréologie, repérée jeudi 26 novembre par Nice Matin, avance en savoir plus sur la nature de ce mystérieux lien entre le coronavirus et ces lésions dermatologiques.“Les engelures sont des lésions cutanées inflammatoires liées à une hypersensibilité au froid, le plus souvent localisées aux pieds”, est-il décrit sur le site de la Société Française de Dermatologie (SFD). Celles-ci “apparaissent par temps froid (8 à 10°C) et humide plutôt chez des femmes minces” et “apparaissent brutalement et se manifestent par des plaques uniques ou multiples, violacées, douloureuses, gonflées du dos des orteils, mais parfois également des doigts, du nez, des oreilles”. Sur cette même page, la SFD prévient que “certaines lésions des pieds et des orteils qui ressemblent à des engelures pourraient être liées au Covid-19. Les médecins généralistes et les dermatologues recueillent et documentent les cas”. Dès le mois d’avril, des dermatologues alertaient sur des signes cutanés du coronavirus, parmi lesquels des “pseudo-engelures”.Patients jeunes et asymptomatiquesEn parallèle, un groupe de dermatologues libéraux et hospitalo-universitaires, organisé par le Syndicat national des dermatologues-vénéréologues (SNDV), s’était monté sur Whatsapp, pour discuter entre autres de la survenue de tels symptômes. “Dans ce groupe de 700 personnes, nous avons rapidement constaté une ‘épidémie’ d’engelures chez des patients assez jeunes, asymptomatiques ou présentant très peu de signes du Covid-19”, relate le docteur Luc Sulimovic, dermatologue en libéral et président du syndicat national des dermatologues-vénérologues, contacté par Le HuffPost. “Très rapidement, nous avons noté au moins 500 cas, alors que ce n’était ni la saison ni la période”, poursuit-il. à ce moment-là, les tests PCR étaient encore peu généralisés, il ne s’agissait donc que d’observation clinique. Mais dès qu’ils ont pu aller plus avant dans l’investigation avec des tests PCR et sérologiques, ils émettent l’hypothèse suivante: chez ces patients ne présentant pas de formes graves de Covid-19 ou asymptomatiques, les engelures sont la conséquence d’un phénomène immunitaire lié à la réaction virale. Rien de grave, mais une manifestation parfois tardive que le virus est bien passé par là.C’est cette hypothèse que vient un peu plus étayer encore la nouvelle étude du CHU de Nice, menée par Thierry Passeron, professeur en dermatologie au CHU de Nice, et chef d’une équipe de l’Inserm, avec des collègues de spécialités diverses du CHU.Réponse immunitaireLes chercheurs ont d’abord constaté que les patients présentant ces lésions cutanées n’étaient que pour 30% d’entre eux positifs au coronavirus, mais qu’une “majorité présentait des IG A (immunoglobulines A), signature d’une contamination récente”, selon Thierry Passeron, contacté par Nice Matin. La possibilité pour expliquer ceci, c’est que la majorité de ces patients ont eu une forme asymptomatique du coronavirus et donc pas développé d’anticorps. L’équipe s’attelle donc à investiguer la réponse immunitaire de ces patients. Leur découverte est la suivante: les engelures seraient causées par la très, voire trop, bonne réponse immunitaire des patients concernés. “On a mis en évidence que tous les patients atteints d’engelures avaient en commun de présenter une excellente réponse immunitaire innée. L’apparition d’engelures est liée au fait que la réponse immunitaire innée s’emballe un peu, comme l’attestaient leurs taux élevés d’une cytokine impliquée dans cette réponse, l’interféron de type 1. On retrouve d’ailleurs ce même type d’engelures, avec une tendance à nécroser et faire des bulles, chez des personnes atteintes par une maladie génétique héréditaire associée à une activation incontrôlée de la réponse innée”, détaille le chercheur. D’autres indices leur ont permis de conforter leur hypothèse, comme la diminution d’interféron avec la gravité de la maladie. “Les jeunes malades ont une excellente réponse innée qui leur permet de se débarrasser très vite du virus. à l’inverse, les patients qui font les formes les plus sévères n’ont pas une bonne ligne de défense contre les virus. Ils utilisent alors une deuxième ligne de défense dite adaptative, et chez certains des quantités excessives de cytokines vont être produites. D’où cet orage cytokinique responsable des atteintes très graves”, conclut Thierry Passeron. Principe de précautionPour Luc Sulimovic, “cette étude vient appuyer une hypothèse déjà posée. Sa nouveauté réside dans la mise en avant du rôle de l’interféron de type-1 dans cette réaction immunitaire”.Si l’on doit résumer, les engelures semblent concerner très majoritairement de jeunes patients ne présentant pas ou peu de symptômes du coronavirus. Quand elles apparaissent, elles seraient le signe d’une très forte réaction immunitaire: “le virus a peut-être déjà complètement disparu quand la réaction immunitaire apparaît, parfois dix jours plus tard”, note Luc Sulimovic.Maintenant, que faire lorsque l’on constate des engelures? “Même si elles sont parfois douloureuses, elles ne sont pas le signe d’une forme grave de coronavirus”, ajoute le dermatologue. Il ne faut donc pas s’inquiéter outre mesure, sachant qu’elles devraient disparaître en quelques semaines. La question réside plutôt dans le fait de savoir si ces patients sont contaminants. Et ça, on ne le sait pas encore. C’est pourquoi, pour Luc Sulimovic, “s’il est fort probable qu’ils ne le soient pas, par souci de précaution, mieux vaut faire attention”. à voir également sur Le HuffPost: Covid: des vaccins à 90% efficaces, ce que ça veut dire...et surtout pas direLIRE AUSSI Ce médecin simule les derniers instants d'un patient intubé pour faire passer un message Pourquoi ce député réclame un vétérinaire au Conseil scientifique du Covid-19
    Marine Le Breton
  • Est-il vrai qu'à Marseille le confinement a provoqué une hausse des cas de Covid-19, comme l'affirme l'équipe de Raoult ?
    Le professeur Bernard La Scola, de l'IHU Méditerranée, a expliqué dans une vidéo que le confinement aurait conduit à une augmentation des contaminations dans la ville. Interrogé par «CheckNews», il livre une autre version.
    Liberation.fr
  • Occitanie : On vous dit pourquoi Joe Biden va recevoir du cassoulet et de l’aligot
    Le panier gourmand envoyé par la présidente de la région Occitanie à Joe Biden n’est pas que symbolique. Il plaide pour la levée des surtaxes décidées par Donald Trump sur des produits comme le vin et
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Le rebond de l’économie française au troisième trimestre revu à la hausse, à 18,7 %
    Ce fort rebond de l’économie française date d’avant la deuxième vague de l’épidémie et ne prend pas en compte le deuxième confinement, décrété fin octobre
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Marseille : « Donnez davantage que l’an dernier ! »… Michèle Rubirola appelle à la solidarité face à l’accroissement de la pauvreté
    L’objectif est de récolter dans le département 350 tonnes de dons alimentaires et produits d’hygiène, pour ce week-end de collecte nationale des banques alimentaires
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Un "gilet jaune" condamné à neuf mois de prison ferme pour avoir forcé la porte d'un ministère avec un chariot élévateur
    Les juges ont entièrement relaxé, vendredi, deux des manifestants et en ont condamné deux autres : l'un à huit mois d'emprisonnement avec sursis probatoire. Un autre prévenu, qui avait commis des dégradations sur deux agences bancaires à proximité du ministère, a été condamné à 18 mois d'emprisonnement, dont six mois avec sursis probatoire. 
  • Iran : un haut scientifique du nucléaire assassiné, Israël montré du doigt
    Présenté comme le responsable des efforts iraniens pour se doter de la bombe nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh a été abattu par un commando armé près de Téhéran.
    Liberation.fr
  • La playlist franceinfo. Suprême NTM, Sabrina Bellaouel, Superfunk et MARINA
    Cette semaine, dans la "Playlist de franceinfo", près de 30 ans plus tard le "Police" de NTM ne vieillit pas et l'égalité hommes-femmes est un combat porté par la chanteuse MARINA. Évoqués aussi, les 20 ans du tube "Lucky Star" de Superfunk, et la voix forte et vibrante de Sabrina Bellaouel.
  • Haute-Garonne : malgré la crise, ils lancent leur petite entreprise
    Des centaines de commerçants ou artisans ont monté leur affaire en Haute-Garonne en 2020. Une bonne nouvelle, mais certains craignent pour leur pérennité.
  • Privée de ski, cette station des Alpes adapte son activité pour accueillir les touristes
    Si elles ne pourront rouvrir avant janvier, certaines stations de ski veulent tout faire pour accueillir les vacanciers. Montlcar, dans les Alpes-de-Haute-Provence mise sur la diversification des activités pour sauver la saison.
  • Un ex-candidat de "The Voice" accusé d'agression sexuelle et de viol par plusieurs femmes
    VIOLENCES SEXUELLES - “C’est en lui racontant que j’ai compris que j’avais été violée. Et que c’est un malade.” Dans une longue enquête publiée ce vendredi 27 novembre par le magazine Neon, plusieurs femmes racontent avoir été harcelées, agressées sexuellement ou violées par le chanteur Spleen. Pascal Oyong-Oly de son vrai nom s’est notamment fait connaître lors d’un passage dans “On n’est pas couché sur France 2″ en 2009, puis dans la saison 3 de “The Voice” sur TF1 en 2014.Les témoignages, recueillis par le magazine Neon avec l’aide du compte Instagram Music Too, sont au nombre d’une vingtaine et rapportent des faits de harcèlement sexuel, des agressions, des viols et tentatives de viols entre 2009 et 2018. Trois plaintes ont été déposées à ce jour, l’une pour “agression sexuelle, puis pour harcèlement sexuel et captation d’images impudiques” par la même personne en octobre 2018, une autre pour “viol” en novembre 2020.Contacté par Neon, Spleen a démenti  “via ses avocats, l’ensemble des allégations formulées contre lui par les témoins qui s’expriment dans cette enquête.”Déjà une vingtaine de témoignages Au fil de cette enquête-fleuve, plusieurs femmes décrivent peu ou prou le même contexte d’une rencontre “dans le cadre d’un projet” de photographie et de vidéo initié par Spleen, qui leur a proposé de “poser et de les filmer” chez lui. Elles évoquent une séance photo au cours de laquelle elles sont contraintes de se déshabiller, l’artiste les embrasse sans les prévenir, touche leurs parties intimes, leur demande de “simuler un acte sexuel”. Avant d’en conduire certaines jusqu’à son lit et de les violer, racontent-elles.“Après une bonne heure de débat au cours duquel je me mets à pleurer, je finis par poser nue. Mais il va encore plus loin en cherchant à m’embrasser et à me toucher pendant que je suis nue, et à prendre tout ça en photo. C’est trop, je décide de partir”, décrit l’une d’entre elles, relatant des faits survenus en 2016.“Il commence à se déshabiller et me dit: ‘Fais-moi une fellation.’ Je lui réponds que non, je ne veux pas. Il me lance: ‘Mais si, allez…’ J’étais en train de pleurer et je disais non. Je l’ai dit au moins cinq ou six fois. Après, il me met sur lui et là, il me viole. J’étais en état de tétanie, de sidération”, se souvient une autre qui a côtoyé l’artiste deux ans plus tôt.Ou encore: “Il s’est approché et m’a poussée sur le lit. J’ai fait ‘non’ de la tête, j’ai dit ‘non’, et il m’a poussée. J’ai attendu que ça passe le plus vite possible”, relate la jeune fille qui a porté plainte pour viol. “Pendant l’agression qu’elle aurait subie, et alors qu’elle est allongée sur le lit, Margot aurait remarqué une caméra installée sur un tabouret. Elle aurait été filmée”, écrit Neon.“Il y a 300 filles. Peut-être 400 ou 500”En tout, le magazine a échangé avec une vingtaine de victimes présumées: “Certaines affirment avoir été violées ou avoir subi une tentative de viol, d’autres évoquent des caresses et des baisers non consentis, d’autres encore assurent avoir été filmées à leur insu pendant des actes sexuels forcés ou consentis, ces vidéos ayant ensuite servi à faire pression sur elles.” Mais elles pourraient être plus nombreuses encore.En avril 2019, le “projet photo” de Spleen a donné lieu à une exposition à la galerie Chappe dans le 18e arrondissement de Paris, mêlant “des créations photographiques, vidéographiques et musicales”, précise le descriptif du vernissage. Alertée par la “systématicité avec laquelle il convainc des filles de l’embrasser” dans ces images, une personne qui travaille avec lui sur l’exposition entre en contact avec certaines jeunes femmes qui lui racontent “avoir vécu un enfer”. Elle aurait vu la “collection” de Spleen: “Des cartons de négatifs et des heures de films, d’interviews de nanas. L’ampleur du truc… Il y a 300 filles. Peut-être 400 ou 500. Je ne sais pas exactement. ça se compte en centaines, c’est hallucinant.” Au début de l’été, le magazine Neon avait publié une autre longue enquête révélant des témoignages de viols et de violences sexuelles qui auraient été commis par le street artist Wilfrid A., connu pour son tag “L’amour court les rues”. Plus de 25 femmes avaient déposé plainte dans la foulée. Au début du mois d’octobre et après une enquête préliminaire, l’homme a été mis en examen pour “viols” et “agressions sexuelles” et placé en détention provisoire.à voir également sur Le HuffPost: “8 ans après une tentative de viol dans un parking, je m’attaque enfin au harcèlement de rue”LIRE AUSSI #MusicToo, Balance Ta Major... Le monde de la musique face aux violences sexistes et sexuelles Le rappeur Moha La Squale accusé d'"agression sexuelle", des appels au boycott lancés
    Louise Wessbecher
  • Montauban : l'évêque appelle à ne pas respecter la jauge de 30 personnes pour la messe
    Dans une lettre adressée ce vendredi 27 novembre à tous les curés et aux paroissiens de Tarn-et-Garonne, Mgr Bernard Ginoux indique qu'il ne faut pas tenir compte de la limite des 30 personnes.
  • RSA : une aide exceptionnelle de 150 euros
    Les personnes au RSA vont bénéficier d'une aide exceptionnelle de 150 euros. France Télévisions a rencontré Anita Auguste, une des bénéficiaires de la prime, vendredi 27 novembre.
  • Affaire Ghosn : Rachida Dati n'est pas mise en examen
    Convoquee ce jeudi devant les juges, l'ancienne garde des Sceaux Rachida Dati a ete simplement placee sous le statut de temoin assiste.
  • Le harcèlement de rue, quotidien des femmes, même jeunes
    Selon une enquete realisee par la newsletter >, 99 % des filles agees de 14 a 24 ans ont ete victimes de harcelement dans l'espace public.
  • Article 24 : Castex répond à Ferrand... et se contredit
    En réponse au président de l'Assemblée indigné de voir une «commission indépendante» prendre la place du travail des députés, le Premier ministre promet finalement ce vendredi que ce ne sera pas le rôle de cette instance de «proposer une réécriture d'une disposition législative».
    Liberation.fr
  • Dans l'affaire Ghosn, Rachida Dati échappe à la mise en examen
    JUSTICE - L’ex-garde des Sceaux Rachida Dati a été placée dans la nuit de jeudi à ce vendredi 27 septembre sous le statut intermédiaire de témoin assisté dans l’enquête sur des prestations de conseil auprès de Carlos Ghosn, a appris l’AFP auprès du Parquet national financier (PNF), confirmant une source proche du dossier.Convoquée jeudi en vue d’une mise en examen pour “corruption passive”, “trafic d’influence passif” et “recel d’abus de pouvoir”, l’ancienne ministre est finalement ressortie du bureau des juges sous le statut plus favorable de témoin assisté.“Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté car elle a démontré auprès des juges d’instruction qu’elle avait travaillé comme avocate entre 2009 et 2012 pour l’alliance Renault-Nissan”, a réagi auprès de l’AFP Me Olivier Pardo, un de ses avocats.Des “soupçons” sur “l’usage inconsidéré des fonds de Renault”Trois juges d’instruction sont chargés depuis l’été 2019 d’une enquête sur des contrats conclus par la filiale néerlandaise de l’alliance Renault-Nissan, RNBV, avec l’actuelle maire du VIIe arrondissement de Paris et le criminologue Alain Bauer, lorsque Carlos Ghosn était encore PDG du groupe automobile.Selon une source proche du dossier, Rachida Dati, qui nie toute irrégularité, aurait touché 900.000 euros d’honoraires en tant qu’avocate entre 2010 et 2012. Alain Bauer aurait quant à lui touché un million d’euros entre 2012 et 2016 pour des activités de consultant.Une enquête préliminaire avait été auparavant ouverte dans cette affaire par le PNF, après une plainte déposée le 17 avril 2019 par une actionnaire de Renault. Cette plainte visait Rachida Dati, Alain Bauer, mais aussi Carlos Ghosn et son épouse.L’avocat de la plaignante, Me Jean-Paul Baduel, avait alors fait état de “soupçons” sur “l’usage inconsidéré des fonds de Renault” par son ancien PDG. “Les contrats sont douteux de par leurs montants, effectués au profit d’une filiale n’ayant aucune salarié”, avait-il assuré.à voir également sur Le HuffPost: Ghosn “rend hommage” à Mélenchon qui l’a soutenu dans sa fuiteLIRE AUSSI Arthur produit une mini-série et un documentaire sur et avec Carlos Ghosn Carlos Ghosn aurait payé en bitcoins une partie de son évasion
    AFP
  • Canal+ vire Sébastien Thoen pour s'être moqué de "L'Heure des pros"
    TéLéVISION - Fin de l’aventure cryptée pour Sébastien Thoen? Le groupe Canal+ a renvoyé l’humoriste, chroniqueur dans l’émission “Canal Sports Club” et présentateur du “Journal du hard″, après avoir participé à un sketch parodique, affirme le journal L’équipe. Le sketch, mis en ligne le 19 novembre par le site Winamax, se moquait de l’émission “L’heure des Pros” de la chaîne d’information CNews, propriété du groupe Canal.Dans la vidéo, Sébastien Thoen incarne Lionel Messiha, une caricature de l’ancien cadre du Rassemblement national Jean Messiha, par ailleurs chroniqueur régulier de l’émission animée par Pascal Praud. Ce dernier est incarné sur un registre parodique par Julien Cazarre. 🎙 « On ne connait pas mieux les sujets que vous, mais nous on est payés, c'est ça la différence. »💥 Pascal Prono, Michel Saindoux, Jérôme Leroi-Merlu, Lionel Messiha : #LesSopronos présentent l'heure des pronos. pic.twitter.com/HbQcu9majM— Winamax Sport (@WinamaxSport) November 19, 2020Jean Messiha avait pourtant visionné le sketch et semblait s’être amusé de cette vidéo humoristique.Point faible : trop fort.Moi c’est Jean.Pas Lionel.😂😂 https://t.co/QJhUWfiY0Q&mdash; Jean MESSIHA (@JeanMessiha) November 20, 2020Pour l’heure, les informations de L’équipe n’ont pas été confirmées par Canal+. “Si c’est dit, c’est que c’est vrai. De toute manière, tout le monde le savait à Canal je crois”, a répondu Sébastien Thoen à nos confrères du Figaro à propos de son licenciement. à voir également sur Le HuffPost: Sur CNews, Zemmour et Lang s’écharpent sur la langue arabeLIRE AUSSI: Jean-Pierre Pernaut lancera un "Netflix des régions" baptisé "JPP TV" La nouvelle chaîne préférée de Trump bannie par YouTube
    Lisa Kassab
  • Attentat de la rue des Rosiers : La Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
    La justice française le soupçonne d’être « l’un des tireurs de l’attentat » qui avait fait six morts et 22 blessés dans le quartier juif historique de la capitale en 1982
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Producteur tabassé à Paris: Aya Nakamura, Benjamin Biolay... Des personnalités apportent leur soutien à Michel Zecler
    Chateuses et chanteurs sont de plus en plus nombreux à réagir aux images choquantes dévoilées par Loopsider jeudi
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • La police française est gangrenée par les fléaux du racisme et de la violence
    L'agression de Michel Zecler n'est pas le fait de quelques «brebis galeuses», elle montre l’ampleur des problèmes au sein de la police et de leurs inévitables alliés.
    Liberation.fr
  • PSG : Marquinhos ménagé contre Bordeaux, Icardi pourrait jouer quelques minutes
    Thomas Tuchel continue de gérer ses troupes comme il peut entre deux rencontres de Ligue des champions
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Justice : le Conseil d'Etat suspend le recours à la visioconférence pour les procès d'assises
    Ce recours à la visioconférence lors de l'ultime partie des procès criminels avait été institué le 18 novembre par une ordonnance du gouvernement qui voulait que la justice "tourne" malgré l'épidémie de Covid-19. Elle avait suscité l'indignation de nombreux avocats et magistrats. 
  • TEMOIGNAGE. Covid-19 : "Il faut que tout le monde sache qu'à 35 ans, on peut décéder de cette maladie"
    Le coronavirus ne touche pas que les personnes âgées. Un père de famille, dont l'épouse de 35 ans a été emportée à cause du Covid-19, a accepté de témoigner pour le 13 Heures.
  • Producteur passé à tabac par des policiers : "Ça pose immédiatement des questions de formation, de recrutement, de management des policiers", selon un spécialiste
    Selon Jacques de Maillard, directeur du CESDIP, l'institution doit permettre "de prévenir et d'éviter que ce genre de comportements se produise".
  • Affaire Le Scouarnec : le procès pour viols sur mineures reprendra lundi 30 novembre
    Le procès de l'ex-chirurgien Joël Le Scouarnec, interrompu en raison du confinement, doit reprendre lundi 30 novembre. Il sera jugé pour viols et agressions sexuelles sur quatre mineures.
  • Coronavirus : anniversaire, repas de Noël, nouvel an… évaluez le risque de contamination lors d’un événement
    L’outil CoviRisque, lancé par le fondateur du site CovidTracker Guillaume Rozier, évalue le risque qu’un des participants à un événement soit positif au Covid-19.
  • "Nous, les Européens". Cancer : les mains de l'espoir
    Grand reportage, invité-e-s et actualité européenne sont au sommaire du magazine "Nous, les Européens", présenté par Francis Letellier et diffusé le dimanche à 10h40 sur France 3. Pour ce nouveau numéro de la saison 2, direction l’Allemagne, où une technique de dépistage des cancers du sein a été mise au point en faisant appel à des femmes non voyantes qui ont développé avec leur handicap un extraordinaire sens du toucher.
  • "Nous, les Européens". Cancer : les mains de l'espoir
    Grand reportage, invité-e-s et actualité européenne sont au sommaire du magazine "Nous, les Européens", présenté par Francis Letellier et diffusé le dimanche à 10h40 sur France 3. Pour ce nouveau numéro de la saison 2, direction l’Allemagne, où une technique de dépistage des cancers du sein a été mise au point en faisant appel à des femmes non voyantes qui ont développé avec leur handicap un extraordinaire sens du toucher.
  • Confinement : puis-je aller voir mes amis ou ma famille à partir de ce samedi ?
    Déplacements, attestations, travail à distance, etc. : posez-nous vos questions, on y répond ! Aujourd'hui : ce qui change ou non dans les déplacements à partir du samedi 28 novembre 2020.
  • Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati placée sous le statut de témoin assisté
    Rachida Dati a été placée dans la nuit de jeudi à vendredi sous le statut intermédiaire de témoin assisté dans l'enquête sur des prestations de conseil auprès de Carlos Ghosn.
  • Confinement : Réouverture, recrutements... Les saisonniers des stations de ski sont dans le brouillard
    Le gouvernement a annoncé la fermeture des remontées mécaniques pour Noël, à la surprise des stations de ski qui avaient déjà lancé les recrutements de saisonniers 
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Silence on joue ! «Demon's Souls», «Eternal Castle», «South of the Circle»
    Cette semaine, la mort nous va si bien, les couleurs CGA aussi, et l'Antarctique pas mal non plus.
    Liberation.fr
  • Covid-19 au Sénégal : la piste de l'immunité collective
    EXPLICATIONS. Avec 16 000 cas et 332 deces, les medecins senegalais s'interrogent sur l'existence d'une immunite collective, qui pourrait expliquer ces chiffres.
  • Toulouse : Sur la foi d’une vidéo, un commandant de police condamné pour avoir gazé un « gilet jaune » handicapé
    Un commandant de police a été condamné ce vendredi à Toulouse à quatre mois de prison avec sursis, avec pour preuve une vidéo où on le voit en train de gazer un handicapé en fauteuil roulan
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Le Parc Astérix reste fermé à Noël et ne rouvrira qu’au printemps prochain
    Le parc Astérix n’accueillera pas de public avant le samedi 3 avril 2021
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Attaque du Thalys : un accusé malade, le procès est suspendu en attendant un test au Covid-19
    Le procès, qui doit s'achever le 17 décembre, reprendra lundi. 
  • Prix Goncourt : Didier Decoin nous raconte les coulisses de cette édition 2020 bouleversée par la pandémie
    Repoussé au 30 novembre, le prix Goncourt sera annoncé en virtuel, sur la plateforme de visioconférence Zoom. Les quatre auteurs finalistes sont Hervé Le Tellier, Camille de Toledo, Maël Renouard et Djaïli Amadou Amal. Le président du Goncourt Didier Decoin nous raconte une édition chamboulée par la Covid-19. 
  • Producteur passé à tabac par des policiers : cinq questions sur le rôle de l'IGPN
    L'inspection générale de la police nationale (IGPN) a été saisie à la suite des deux interventions très polémiques de la place de la République et contre un producteur de musique à Paris. Mais comment fonctionne cette institution ? Eléments de réponse.
  • RDC : un premier palace à Goma dans le Nord-Kivu pour une clientèle d’affaires
    La ville se trouve dans une région marquée par l'insécurité pour le contrôle des ressources.
  • Las des moqueries, le village de Fucking change de nom
    Cette bourgade de 106 habitants, située en Autriche, a pris une décision radicale. Le nom du village, Fucking, sera remplacé au profit du plus neutre Fugging. L’objectif : en finir une fois pour toutes avec les plaisanteries des étrangers.
  • Un concert ce soir sur internet, entre chanson et humour, pour soutenir les réfugiés arméniens du Haut-Karabakh
    Initialement organisé à Alfortville pour venir en aide aux populations civiles arméniennes victimes du conflit, le concert animé par André Manoukian a été filmé pour être diffusé ce vendredi 27 novembre sur internet. Toutes les recettes sont destinées à soutenir les réfugiés et les blessés via le Fonds arménien de France.
  • Attentat de la rue des Rosiers : un suspect sera extradé vers la France
    Le gouvernement norvegien a donne son feu vert pour l'extradition vers la France de Walid Abdulrahman Abou Zayed, Palestinien naturalise norvegien.
  • RDC : un premier palace à Goma dans le Nord-Kivu pour une clientèle d’affaires
    La ville se trouve dans une région marquée par l'insécurité pour le contrôle des ressources.
  • Médias : Jean-Pierre Pernaut lance le "Netflix des régions", baptisé la "JPP TV"
    Alors que le présentateur incontournable du 13 heures de TF1 s'apprête à tirer un trait sur 32 ans de JT, on commence à en savoir plus sur les futurs projets de Jean-Pierre Pernaud.
  • Attaque du Thalys : un accusé malade, le procès suspendu en attendant un test Covid
    Le procès de l'attentat déjoué du Thalys en août 2015, a été suspendu vendredi afin qu'un accusé, malade, puisse être testé au Covid-19. 
  • Visio-conférence aux assises: le conseil d'État suspend l'ordonnance Dupond-Moretti
    JUSTICE - Le Conseil d’état a suspendu vendredi 27 novembre la possibilité de recourir sans l’accord des accusés à la visioconférence lors de l’ultime partie des procès criminels, instituée par une ordonnance controversée du gouvernement qui voulait que la justice “tourne” malgré l’épidémie de Covid-19.La plus haute juridiction administrative estime que les dispositions prévues par l’ordonnance du 18 novembre “portent une atteinte grave et manifestement illégale aux droits de la défense et au droit à un procès équitable”, dans un communiqué publié pour expliquer sa décision.Plusieurs représentants d’avocats et du Syndicat de la magistrature (SM, classé à gauche) étaient vent debout contre ce texte du garde des Sceaux et ancien avocat pénaliste Eric Dupond-Moretti autorisant exceptionnellement que l’ultime partie d’un procès criminel - plaidoiries, réquisitoires et derniers mots des accusés - se déroule en l’absence physique des accusés, et ce sans leur accord.Cette ordonnance, entrée en vigueur jeudi 18 novembre, autorise le recours ”à un moyen de télécommunication audiovisuelle devant l’ensemble des juridictions pénales”, y compris les cours d’assises, à partir des plaidoiries et des réquisitions, mais pas pendant les débats.“La crise sanitaire offre en la matière une opportunité de choix d’installer une accoutumance à ce mode dégradé de justice”, ont écrit le Syndicat de la Magistrature (SM) et le Syndicat des avocats de France (SAF), classés à gauche. “Nous consacrerons toute notre énergie à empêcher un tel dévoiement de l’idée même de justice, et mobiliserons toutes les voies de droit pour que soient annulées ces dispositions scélérates”, insistent-ils.“Une grande victoire”Le Conseil d’Etat leur a donné raison. Lors des procès criminels, tenus devant les cours d’assises ou les cours criminelles, “la gravité des peines encourues et le rôle dévolu à l’intime conviction des magistrats et des jurés confèrent une place spécifique à l’oralité des débats”, souligne le communiqué.De ce fait, la présence physique des parties civiles et de l’accusé pendant le réquisitoire et les plaidoiries, ainsi que la prise de parole de l’accusé à la toute fin des débats, revêt un “caractère essentiel”, selon le Conseil d’Etat.Pour la juridiction, “les contraintes liées à l’épidémie, les avantages de la visioconférence et les garanties dont elle est entourée ne suffisent pas à justifier l’atteinte ainsi portée aux principes fondateurs du procès criminel et aux droits des personnes physiques parties au procès”.“C’est une grande victoire et un immense soulagement” a réagi l’avocat Patrice Spinosi, qui a défendu le recours pour l’Association des avocats pénalistes. “Les juges imposent une limite à l’action du gouvernement. La menace du Covid ne vaut pas un blanc-seing pour tous les aménagements procéduraux.”“Pas d’autres solution” pour Dupond-MorettiAprès cette suspension en urgence par le Conseil d’Etat, Me Spinosi espère obtenir “l’abrogation définitive” de l’ordonnance, par un recours au fond qui sera examiné ultérieurement.En attendant, “les procès d’assises en cours, comme celui de Charlie Hebdo, vont (...) devoir se tenir en présence des accusés”, s’est-il félicité.L’ordonnance avait suscité l’indignation de certains avocats du procès des attentats de janvier 2015, qui dénonçaient une ordonnance taillée “sur-mesure” pour débloquer cette audience historique, suspendue depuis le 31 octobre pour cause d’indisposition persistante de son principal accusé.Dimanche, Eric Dupond-Moretti avait défendu son texte en estimant qu’il n’y avait pas d’autre “solution” pour que la justice “tourne” malgré l’épidémie. Lors du premier confinement, 167 sessions d’assises avaient été reportées, selon la Chancellerie. à voir également sur Le HuffPost: La séparation des pouvoirs expliquée à éric Dupond-Moretti par... Thierry SolèreLIRE AUSSI Darmanin et Dupond-Moretti détaillent leur projet de loi sur les séparatismes EXCLUSIF - "L'État de droit, c'est l'arme de la République" face au terrorisme
    Le HuffPost