Economie

< Retour au menu

  • Trump pourrait grâcier une centaine de personnes pour son dernier jour de pouvoir
    Le president pourrait gracier Julian Assange, le rappeur Lil Wayne, son ancien conseiller Steve Bannon, ou encore certains assaillants contre le Capitole.
  • Météo : la pluie toujours présente au nord
    Les temperatures minimales oscilleront entre -3 et 10 degres, et les maximales pourront atteindre 15 a 17 degres au pied des Pyrenees occidentales.
  • Violences du Capitole : Une femme soupçonnée d’avoir voulu vendre l’ordinateur de Pelosi à la Russie
    Les autorités ont été alertées par l'ex-compagnon d'une émeutière de Washington
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Brésil : Lancement national de la vaccination contre le Covid-19
    Brasilia a débuté lundi la campagne nationale, deux jours plus tôt que prévu, sous la pression de l’Etat de Sao Paulo qui a commencé à vacciner dès dimanche
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • 19 janvier 1939. Le jour où Ernie Hausen plume un poulet en 3,5 secondes
    PODCAST. Certains courent le cent metres en moins de 9 secondes, lui plume une volaille en un clin d'oeil. A chacun sa specialite.
  • États-Unis : tétanisé par le Covid, un homme passe trois mois dans un aéroport
    Le trentenaire a ete interpelle, samedi 16 janvier, et poursuivi pour > et >, selon le >.
  • États-Unis : tétanisé par le Covid, un homme passe trois mois dans un aéroport
    Le trentenaire a ete interpelle, samedi 16 janvier, et poursuivi pour > et >, selon le >.
  • États-Unis : imbroglio autour d'une réouverture des frontières aux Européens
    La porte-parole de Joe Biden a infirme la decision annoncee par Donald Trump d'une reouverture des frontieres aux Europeens et Bresiliens le 26 janvier.
  • États-Unis : imbroglio autour d'une réouverture des frontières aux Européens
    La porte-parole de Joe Biden a infirme la decision annoncee par Donald Trump d'une reouverture des frontieres aux Europeens et Bresiliens le 26 janvier.
  • Cacophonie entre Biden et Trump sur la réouverture des frontières américaines
    éTATS-UNIS - La réouverture des frontières américaines à l’Europe et au Brésil n’est pas à l’ordre du jour, a déclaré ce lundi 18 janvier la future porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki, contredisant une précédente annonce en ce sens du président Donald Trump.“Ce n’est pas le moment de lever les restrictions sur les déplacements internationaux”, a déclaré, sur son compte Twitter, Jen Psaki, qui doit officiellement prendre mercredi ses fonctions de porte-parole du nouveau président Joe Biden.Les tweets sont tombés quelques minutes seulement après l’annonce de la décision de Donald Trump, justifiée par l’instauration, à la même date, d’une obligation de présenter un test négatif de dépistage du coronavirus à l’entrée sur le territoire américain.Pour ralentir la progression de la pandémie, Donald Trump avait fermé les frontières des états-Unis aux 26 pays de l’espace Schengen le 11 mars 2020, puis au Royaume-Uni et à l’Irlande le 14, avant d’en faire autant pour le Brésil le 24 mai.Nouvel épisode d’une transition sans précédent“Sur les conseils de notre équipe médicale, le (futur) gouvernement n’entend pas lever ces restrictions le 26 janvier”, a écrit Jen Psaki sur Twitter. “D’ailleurs”, a-t-elle ajouté, “nous prévoyons de renforcer les mesures de santé publique appliquées aux voyages internationaux pour lutter encore davantage contre la diffusion du Covid-19.”C’est un nouvel épisode d’une transition sans précédent dans l’histoire moderne des états-Unis, le président sortant Donald Trump entendant limiter au minimum les contacts avec l’équipe de Joe Biden.Donald Trump prévoit d’ailleurs de quitter Washington avant même la cérémonie d’inauguration de son successeur, mercredi.Les états-Unis font actuellement face à la pire phase de la pandémie que le pays ait connu à ce jour, avec plus de 20.000 décès sur les six derniers jours.à voir également sur Le HuffPost: La Maison Blanche en plein déménagement avant le départ de TrumpLIRE AUSSI: Melania Trump fait ses adieux et en profite pour rappeler que "la violence n'est jamais la solution" Le bébé géant gonflable à l'effigie de Trump va finir dans un musée
    AFP
  • En grève, les salariés de Carambar ne rigolent plus
    Les grevistes denoncent la baisse future de la remuneration des employes reclasses apres le demenagement de l'usine, situee dans le Nord, explique BFM TV.
  • Loiret : information judiciaire ouverte après la découverte d'un jeune garçon inanimé
    L'enfant >, a indique la procureure, lundi.
  • Covid-19: le Brésil lance enfin sa campagne de vaccination
    COVID-19 - Le gouvernement brésilien a finalement donné le coup d’envoi ce lundi 18 janvier d’une campagne nationale de vaccination contre le coronavirus, avec de premières injections devant l’iconique statue du Christ Rédempteur qui domine la ville de Rio de Janeiro.Une infirmière et une ancienne sans-domicile fixe de 80 ans ont été les premières personnes à recevoir une dose du vaccin, à la tombée du jour, dans l’état de Rio qui a le plus fort taux de mortalité du pays avec 151 décès pour 100.000 habitants.Les états du Goias et de Santa Catarina ont également lancé les vaccinations ce lundi, alors que Brasilia venait de donner le signal d’une campagne nationale, deux jours plus tôt que prévu, sous la pression de l’état de Sao Paulo qui a commencé à vacciner dès dimanche.Le pays de 212 millions d’habitants, le deuxième le plus endeuillé par le Covid-19, dispose de seulement six millions de doses. Et cette campagne démarre plusieurs semaines après les autres foyers épidémiques, états-Unis ou Europe.Le défi logistique est de taille, dans cette nation aux dimensions continentales où plus de 210.000 Brésiliens sont morts officiellement du coronavirus ― un chiffre très sous-évalué, selon les spécialistes.C’est seulement dimanche que la situation s’est débloquée, quand le régulateur brésilien Anvisa a approuvé l’utilisation en urgence de deux premiers vaccins, le chinois CoronaVac et le britannique d’Oxford/AstraZeneca.“Après avoir entendu les gouverneurs, nous avons décidé de distribuer aujourd’hui-même les vaccins aux (27) états” de la fédération brésilienne, qui “pourront commencer à vacciner” immédiatement, a annoncé ce lundi matin le ministre de la Santé Eduardo Pazuello.Le ministre a rencontré des gouverneurs à l’aéroport de Guarulhos, près de Sao Paulo, d’où ont commencé à partir 4,5 millions de doses de CoronaVac vers les différentes régions du pays, les 1,5 million restantes étant destinées à la population de l’état de Sao Paulo.Dans l’état septentrional d’Amazonas, frappé de plein fouet par la deuxième vague de la pandémie et où la capitale, Manaus, a déploré des morts en raison d’une pénurie d’oxygène dans les hôpitaux, les doses étaient attendues ce lundi soir pour un démarrage des vaccinations mardi.“Moment historique”“C’est le vaccin du Brésil, pas celui d’un quelconque gouverneur”, a déclaré le président Jair Bolsonaro, depuis Brasilia.Un changement de ton radical pour le dirigeant d’extrême droite, qui n’avait cessé auparavant de décrier “le vaccin chinois de Joao Doria”, le gouverneur de l’état de Sao Paulo.Rival potentiel de Jair Bolsonaro pour la présidentielle de 2022, Joao Doria s’est empressé dimanche d’organiser une cérémonie officielle, devant les caméras, pour la première vaccination au Brésil dans son état, dès l’approbation du CoronaVac par l’Anvisa.“Un coup de marketing”, avait réagi le ministre de la Santé, indiquant que la campagne nationale de vaccination débuterait officiellement mercredi. Avant de finalement l’avancer à ce lundi, sous la pression.Le CoronaVac, produit par la firme chinoise Sinovac en collaboration avec l’institut Butantan, placé sous la tutelle de l’état de Sao Paulo, est le seul vaccin disponible pour le moment au Brésil. Plus de 100 personnes ont été vaccinées à Sao Paulo dès dimanche et les autorités locales espèrent dépasser les 1000 injections ce lundi.“C’est un moment historique. Je suis en première ligne depuis le début, donc je suis très heureuse d’être vaccinée”, a déclaré Cilede Lira, infirmière qui a reçu une dose de CoronaVac ce lundi matin à Sao Paulo.Difficultés d’exportationL’institut Butantan a déposé ce lundi à l’Anvisa une demande d’usage d’urgence de 4,8 millions de doses supplémentaires qui nécessitent une autre autorisation parce qu’elles ont été mises en flacon au Brésil.Pour Christovam Barcellos, chercheur de l’institut de référence Fiocruz, la vaccination au Brésil “commence en retard et avec un nombre de doses insuffisant”.Selon lui, le Brésil compte plus de 16 millions de personnes censées être vaccinées en priorité (le personnel soignant, les personnes âgées vivant en maison en retraite et la population indigène), bien plus que le nombre de doses disponibles.Le gouvernement a tenté de négocier l’importation depuis l’Inde de deux millions de doses du second vaccin autorisé dimanche par l’Anvisa, celui du britannique d’AstraZeneca/Oxford.Ces doses devaient arriver le week-end dernier, mais le gouvernement indien, qui a débuté samedi une campagne massive, n’a pas encore donné son feu vert.à voir également sur Le HuffPost: Déforestation en Amazonie: Bolsonaro accuse à nouveau Macron de mauvaise foiLIRE AUSSI: Le gouvernement est pour le moment "très réticent" à un passeport vaccinal, pas les Français BLOG - Quelle est cette société où il est plus simple de tout interdire que d’imposer un vaccin?
    AFP
  • À la une ce mardi 19 janvier...
    Ouverture du proces Karachi pour Edouard Balladur et Francois Leotard, voeux d'Emmanuel Macron aux armees et retour de la Coupe de France de football.
  • Alexeï Navalny : "Il n’est pas sûr du tout" que son appel à manifester "puisse provoquer des manifestation importantes"
    L'opposant politique a appelé les Russes à descendre "dans la rue" contre le pouvoir, alors que la justice a ordonné lundi son maintien en détention.
  • Covid-19 : la Chine et l'OMS auraient pu agir plus vite et plus fort, selon une expertise indépendante
    Dans son second rapport qui sera présenté mardi lors d'une réunion à l'OMS, ce panel d'experts mandaté par l'agence onusienne souligne qu'"il aurait été possible d'agir plus vite sur la base des premiers signes".
  • Covid-19 : Mayotte va passer à l'heure du couvre-feu
    Quatre cas de contamination au variant sud-african ont ete detectes dans l'archipel. Le couvre-feu sera instaure a partir de 18 heures, jeudi 21 janvier.
  • Suicide d'Evaëlle : trois collégiens mis en examen pour harcèlement
    En septembre dernier, fait rarissime, la professeure de français de la fillette avait elle aussi été mise en examen pour harcèlement, avec interdiction d'exercer et obligation de soins.
  • Suicide d'Evaëlle : trois collégiens mis en examen pour harcèlement
    En septembre dernier, fait rarissime, la professeure de français de la fillette avait elle aussi été mise en examen pour harcèlement, avec interdiction d'exercer et obligation de soins.
  • Melania Trump fait ses adieux et en profite pour rappeler que "la violence n'est jamais la solution"
    éTATS-UNIS - Alors que Donald Trump quittera la Maison Blanche le 20 janvier, et alors que la cérémonie d’investiture de Joe Biden se déroulera dans un Washington complètement barricadé, Melania Trump s’est exprimée dans une vidéo publiée sur son compte Twitter ce lundi 18 janvier.La First Lady a pris la parole dans un long message d’adieu de 7 minutes, dans lequel elle délivre ce message significatif une douzaine de jours après la prise d’assaut du Capitole par des partisans du président républicain: “Soyez passionnés dans tout ce que vous entreprenez. Mais souvenez-vous toujours: la violence n’est jamais la solution et ne sera jamais justifiée”.A Farewell Message from First Lady Melania Trump pic.twitter.com/WfG1zg2mt4— Melania Trump (@FLOTUS) January 18, 2021Dans ce message où elle ne délivre pas un mot à l’attention de Joe Biden et Kamala Harris, qui succéderont à son époux et Mike Pence à la tête du pays, Melania Trump déclare aussi que “les quatre dernières années ont été inoubliables”. “Alors que Donald et moi achevons notre temps à la Maison Blanche, je pense à tous ceux qui ont pris place dans nos cœurs et à leurs histoires incroyables”, dit-elle encore, debout au pupitre.Elle évoque aussi la pandémie de Covid-19 et appelle les Américains à “prendre leurs précautions” et à “faire preuve de bon sens” face au virus. “Dans l’épreuve, nous avons vu surgir le meilleur de l’Amérique”, dit-elle, faisant notamment référence “aux millions de doses de vaccins qui vont maintenant être distribuées”.Ce message avait été déjà retweeté plus de 17.000 fois ce lundi à 23h, alors que son mari, rappelons-le, est lui banni du réseau social depuis une dizaine de jours.à voir également sur Le HuffPost: Melania Trump critiquée après avoir retiré son masque pour lire à des enfants maladesLIRE AUSSI: Le bébé géant gonflable à l'effigie de Trump va finir dans un musée Comment Trump pourrait profiter d'Air Force One jusqu'à la dernière minute
    Vincent Gibert
  • Covid-19 : le variant sud-africain serait 1,5 fois plus contagieux
    Selon un panel d'experts sud-africains, il ne serait en revanche pas plus mortel. Le pays compte plus de 1,3 millions de cas pour 37 000 morts.
  • Suicide d'Evaëlle, 11 ans : trois collégiens mis en examen pour harcèlement
    Ils sont soupconnes d'avoir pris part au harcelement subi par la fillette. Une enseignante a deja ete mise en examen au mois de septembre 2020.
  • Affaire Karachi : ouverture du procès de l’ancien Premier ministre Edouard Balladur
    Edouard Balladur, ancien Premier ministre, sera jugé à partir de mardi 19 janvier aux côtés de son ancien ministre de la Défense, François Léotard, pour leur rôle dans le financement suspect de la campagne présidentielle de 1995.
  • Affaire Karachi : l'ancien Premier ministre Edouard Balladur devant la justice
    Il comparaît à partir de mardi devant la Cour de justice de la République pour des soupçons de financement occulte de sa campagne présidentielle en 1995. 
  • Covid-19 : des soignants se font vacciner pour ne pas gaspiller des doses
    Face à la rareté des vaccins contre le Covid-19, il faut à tout prix éviter d'en gaspiller et s'assurer que la fiole sera totalement utilisée. 
  • Coronavirus : Mayotte placée sous couvre-feu à 18 heures à partir de jeudi
    Après la découverte de quatre cas de contamination au variant sud-africain du Covid-19
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • VIDEO. Chine : des sauveteurs tentent de secourir des mineurs pris au piège depuis huit jours sous terre
    En Chine, une vingtaine de mineurs sont coincés à 600 mètres sous terre dans la mine d'or de Qixia, dans la province de Shandong dans l'est du pays. Une explosion a provoqué l'effondrement des voies d'accès. 
  • Stratégie vaccinale : dire que tous les Français de plus de 75 ans peuvent se faire vacciner, "c'est mentir", dénonce un médecin
    Pierre-Jean Termanian, président de l’Union régionale des professionnels de santé-Médecins Libéraux d'Auvergne-Rhône-Alpes, explique que la région ne peut déjà plus donner de rendez-vous après le 15 février, faute de doses suffisantes.
  • Corse : La justice ordonne une expertise médicale sur le chef présumé de la bande du Petit Bar
    Lourdement handicapé, Jacques Santoni, chef présumé de la bande mafieuse corse dite du Petit Bar aujourd’hui en détention, va subir une expertise médicale
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Italie : des privilégiés vaccinés illégalement contre le Covid-19
    Si la campagne de vaccination contre le Covid-19 bat son plein dans l’Union Européenne, elle reste pour l’heure réservée aux personnels de santé ou aux personnes à risque. Mais en Italie, certains auraient profité de leur statut pour se faire vacciner. 
  • Nîmes : du trafic de drogue trop près des écoles
    Le quartier du Chemin-Bas d’Avignon, à Nîmes (Gard) est gangrené par le trafic de drogue. Les parents d’élèves d’une école encerclée par les dealers sont terrifiés.
  • Nîmes : Un mort dans une fusillade
    Les faits se sont déroulés ce lundi dans la galerie Wagner située dans le quartier pauvre de Pissevin
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Stations de ski : le gouvernement envisagerait de repousser encore la remise en route des remontées mécaniques
    Les remontées mécaniques ne devraient pas pouvoir être remises en route dans l'immédiat et l'exécutif entend étudier une nouvelle date de reprise lors du conseil de défense prévu ce mercredi, croient savoir nos...
  • VIDEO. Chine : des sauveteurs tentent de secourir des mineurs pris au piège depuis huit jours sous terre
    En Chine, une vingtaine de mineurs sont coincés à 600 mètres sous terre dans la mine d'or de Qixia, dans la province de Shandong dans l'est du pays. Une explosion a provoqué l'effondrement des voies d'accès. 
  • Couvre-feu à 18 heures : les Français s'organisent
    Depuis l'entrée en vigueur du couvre-feu à 18 heures sur l'ensemble du territoire, les Français doivent changer toute leur organisation. 
  • VIDEO. Jean Castex sur les stations de ski : "pas question" de privilégier les questions économiques sur la sécurité sanitaire
    Interrogé sur le plateau de l'émission "C à vous", le Premier ministre a justifié les choix du gouvernement sur certaines fermetures, dont les remontées mécaniques. 
  • États-Unis : les premiers défis de Joe Bien
    L’investiture de Joe Biden, le mercredi 20 janvier, se prépare aux États-Unis. Ses 100 premiers jours en tant que président vont être très observés. 
  • Couvre-feu : le casse-tête de la fin de journée
    Retour à la maison, courses, transports… Depuis samedi 16 janvier, les Français doivent s’adapter aux nouveaux horaires du couvre-feu, et cela demande un peu d’organisation.
  • Isère : Un couple de personnes âgées tué dans une avalanche
    Les victimes ont été en partie ensevelies dans 1,50 mètre de neige
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • XV de France : Thomas Ramos forfait, Vincent Rattez appelé pour préparer le Tournoi des six nations
    L'arrière du Stade Toulousain, Thomas Ramos, est forfait pour la préparation du Tournoi des six nations dont le stage de préparation doit débuter le 25 janvier. L'aillier de Montpellier, Vincent Rattez, a été rappelé...
  • VIDEOS. Jean-Pierre Bacri en sept rôles inoubliables au cinéma, de "Mes meilleurs copains" au "Sens de la fête"
    Grognon, naïf, frustré, amoureux, colérique... Jean-Pierre Bacri a joué sur tous les registres. Voici sept films pour retrouver l'acteur comico-dramatique qui vient de disparaître.  
  • Loiret : une information judiciaire ouverte contre les parents de l'enfant retrouvé dans un état critique à Olivet
    Le parquet d'Orléans vient d'ouvrir une information judiciaire pour violences volontaires ayant entraîné une infirmité permanente sur un mineur à l'encontre du beau-père de l’enfant et sa mère. Le petit garçon avait été retrouvé dans un état critique samedi. 
  • Mort de Jean-Pierre Bacri : "C'est quelqu'un qui gueule contre un monde qui ne lui convient pas", confie Pierre Arditi
    "Des gens comme ça, ça ne s'efface jamais parce qu'il reste ce qu'ils ont fait", a réagi sur franceinfo le comédien Pierre Arditi, après la mort de Jean-Pierre Bacri à l'âge de 69 ans.
  • Covid-19 : face aux nouveaux variants, le Haut Conseil à la santé publique déconseille les masques "faits maison"
    Le Haut Conseil à la santé publique, dans un avis transmis à la Direction générale de la santé ce dimanche 17 janvier, a indiqué que face aux nouveaux variants du Covid-19, plus contagieux, l'usage de masques en tissu...
  • Covid-19 : plus de 2 800 patients en réanimation 
    C'est le chiffre le plus important depuis mi-decembre. 404 nouveaux deces ont aussi ete recenses a l'hopital au cours des dernieres 24 heures.
  • Eurostar sous la menace d'un dépôt de bilan
    En raison de la chute drastique du nombre de passagers, la compagnie de transports pourrait se retrouver en cessation de paiement a la fin du printemps.
  • Mondial de handball : après leur victoire face à la Suisse, la France termine le tour préliminaire en tête du groupe E
    Ils étaient déjà qualifiés pour le tour principal, mais les Bleus avaient à cœur de faire un sans faute en s'imposant face aux Suisses. Et c'est chose faite.
  • Renforts de personnels, équipe mobile, abattoir en 3x8 : dans le Gers, les grands moyens face à la grippe aviaire
    La course contre la montre engagée pour limiter la propagation de la grippe aviaire se poursuit dans le Gers. Recrutements, équipe mobile, abattoir en 3x8, il faut agir vite. Mercredi, les foyers avérés ou en zone...
  • Premier cas avéré de grippe aviaire en Lot-et-Garonne : 8000 canards seront abattus mardi à Sainte-Maure-de-Peyriac
    Les services de la Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCSPP) procéderont à l'abattage des 8000 canards sur site dès mardi 19 janvier au matin. L'inquiétude est grande...
  • Au gouvernement, la com pour se mettre du baume au cœur
    Après avoir tenté de rassurer les antivaccins, l’exécutif mise désormais sur l’optimisme et veut faire oublier un lancement chaotique.
    Liberation.fr
  • L'investiture de Joe Biden sous haute sécurité, deux semaines après l'invasion du Capitole
    éTATS-UNIS - Joe Biden rêve d’une “Amérique unie”. Mais avant d’en arriver là, il va devoir composer avec une Amérique sous très haute surveillance. à deux jours de la cérémonie d’investiture présidentielle du démocrate à Washington DC, la capitale américaine est entrée depuis lundi 18 janvier dans une semaine sous tension. L’histoire moderne américaine se souviendra sans doute de l’investiture de son 46e président: entre l’épidémie de coronavirus et l’assaut des partisans de Donald Trump sur le Capitole en marge de la certification des résultats de l’élection présidentielle, la prestation de serment de Joe Biden sera forcément très différente de celle de ces prédécesseurs. La cérémonie, placée sous le thème de l’unité, se fera en grande partie virtuellement et il faudra donc se passer de la traditionnelle photo de la foule envahissant la pelouse du National Mall, l’esplanade entre la Maison Blanche et le Congrès. La maire de la ville et le comité d’organisation en charge de l’investiture ont d’ailleurs appelé les Américains à ne pas faire le déplacement et un “champ de drapeaux” sera installé sur une partie du Mall pour représenter les absents.Here’s your first glimpse of what the #NationalMall will look like for Wednesday’s Inauguration of @joebiden: a sea of 200k US flags and state/territory flags. “All of it to show the American people that we're thinking about them in this time” - @moojv77. More on @cbsthismorningpic.twitter.com/rwHgW2tRGa— Nancy Cordes (@nancycordes) January 18, 2021 Un show à moitié virtuel et du beau monde (mais pas Trump) Malgré tout, le programme n’en est pas moins chargé, avec des festivités qui ont commencé samedi 16 janvier pour s’étendre sur toute la semaine. Le grand “show” aura lieu le mercredi 20 janvier, en présence de personnalités — à l’exception notable de Donald Trump qui le boudera.Lady Gaga chantera l’hymne national sur les marches du Capitole, puis Jennifer Lopez effectuera une “prestation musicale”. Joe Biden et Kamala Harris prêteront serment sur les marches de la façade ouest du bâtiment, avant un discours du nouveau président sur “sa stratégie sur la pandémie, la reconstruction du pays et l’unification et la guérison de la nation”.Suivra le traditionnel passage en revue des troupes sur la façade est, avant un déplacement de Joe Biden, accompagné de trois de ses prédécesseurs Barack Obama, Bill Clinton et George W. Bush au cimetière national d’Arlington pour y déposer une gerbe sur la tombe du Soldat inconnu et lancer un “appel à l’unité”. De retour à la Maison Blanche, Joe Biden assistera à “une parade à travers les états-Unis, retransmise à la télévision pour les Américains et qui mettra en scène plusieurs performances de différentes communautés”.Le soir, le comédien Tom Hanks présentera une émission spéciale diffusée sur toutes les grandes chaînes du pays, avec “des commentaires de Joe Biden et Kamala Harris”, précise le comité d’organisation. Plusieurs artistes, dont Justin Timberlake, Bruce Springsteen, John Legend ou encore Eva Longoria, sont annoncés.We are excited for these amazing speakers and performers to join our "Celebrating America" primetime program at 8:30pm ET/PT for #Inauguration2021!@EvaLongoria@kerrywashington@foofighters@johnlegend@springsteenpic.twitter.com/miKo6kbvE7— Biden Inaugural Committee (@BidenInaugural) January 15, 2021 Cette investiture que le comité promet “historique” le sera aussi sur le volet sécuritaire. Car quatorze jours après les violences au Capitole, Washington et le reste du pays — restent sous alerte.Menaces de “groupes armés”“Nous sommes inquiets sur les risques de violences lors des nombreuses manifestations prévues dans les prochains jours à Washington et devant les bâtiments gouvernementaux dans les états” qui pourraient attirer des manifestants armés, a déclaré le 14 janvier le directeur du FBI, Christopher Wray. Il a évoqué “un nombre important de discussions inquiétantes sur internet”. “Actuellement nous surveillons des appels à des manifestations armées et des actions d’ici l’investiture” dont il faut évaluer lesquelles sont des menaces sérieuses, a-t-il dit.Les médias américains, relayant un rapport interne du FBI, n’hésitent pas à parler une semaine avant la cérémonie d’“une prise d’assaut” prévue par “un groupe armé identifié”. Citant un élu démocrate, CNN évoque “des centaines d’extrémistes armés pro-Trump” qui projettent “d’encercler” le Capitole avant la prestation de serment. “Ils ont établi des règles de combat, avec des directives pour savoir à quel moment ouvrir le feu. C’est un groupe organisé avec un plan de bataille”, a rapporté l’élu, quand la Maison Blanche, déjà entourée de barricades depuis les manifestations Black Lives Matter, pourrait aussi être prise pour cible rapporte le Washington Post.Les craintes sont d’autant plus grandes que les manifestants sont parfois loin d’être des amateurs en maniement d’armes: selon l’agence AP, appuyée par des images qui témoignent d’une véritable tactique coordonnée, au moins 21 personnes arrêtées en marge des incidents du 6 janvier sont d’anciens militaires, dont un ancien lieutenant-colonel de l’armée de l’Air. Washington DC, digne d’un théâtre de guerreSous pression, les autorités locales, mais aussi fédérales ont donc utilisé les grands moyens: à Washington DC, le déploiement de forces sera tel qu’il peut être comparé à la présence américaine dans des pays en guerre comme l’Irak ou l’Afghanistan.Pas moins de 15.000 Gardes nationaux supplémentaires seront mobilisés au fil de la semaine pour appuyer leurs 6200 collègues qui se trouvent en permanence dans la capitale. Le jour J, ils seront plus de 20.000, soit quatre fois plus nombreux que le combiné des troupes américaines officiellement présentes en Afghanistan et en Irak actuellement. à titre de comparaison, l’investiture de Donald Trump, qui ne faisait pas l’objet de menaces aussi caractérisées, avait mobilisé environ 28.000 personnes, membres des services secrets, FBI et police locale confondus.La mission de ces réservistes était à l’origine limitée à un soutien logistique à la police, et dans un premier temps, ils n’avaient pas été autorisés à être armés. Mais, preuve des inquiétudes grandissantes, les consignes ont été revues pour finalement autoriser le port d’armes, mais aucune explication officielle pour expliquer ce changement n’a été apportée. Des avions pourraient également être déployés pour repérer les risques de débordement en temps réel, avec des agents au sol chargés d’analyser les images. Dans une ville officiellement en état d’urgence au moins jusqu’au 24, les déplacements ont aussi été restreints. Dès le samedi 16 janvier, une “zone verte” a été mise en place dans le centre-ville de Washington, provoquant la fermeture de routes et des stations de métro. La plupart des rues entourant le Lincoln Memorial et le Capitole ont aussi été fermées dans la foulée, et le resteront jusqu’au 21 janvier. Le “National Mall” sera aussi interdit d’accès, le Washington Monument ayant lui fermé ses portes dès le 11 janvier. Pour dissuader les Américains de se déplacer, les solutions d’hébergement ont aussi été drastiquement réduites. La plateforme AirBnB a annoncé qu’elle annulerait et bloquerait les réservations prévues dans la ville la semaine de l’investiture. L’antenne locale de Black Lives Matter a pour sa part fait pression sur les hôtels pour qu’ils ne mettent pas leurs chambres à disposition des personnes venues de l’extérieur.“Nous faisons en sorte d’assurer une investiture sans risque, et le président élu Joe Biden et sa vice-présidente élue Kamala Harris seront intronisés d’une façon satisfaisante au regard de notre histoire et de nos traditions”, a promis Mike Pence. Bien plus silencieux depuis qu’il est privé de Twitter, Donald Trump a lui appelé au calme mercredi 13 janvier, dans un message d’apaisement pour une fois sans ambiguïté: “Je vous le demande: pas de violence, pas de délits, pas de vandalisme. Ce n’est pas ce que nous représentons et ce n’est pas ce que représente l’Amérique. J’appelle TOUS les Américains à aider à apaiser les tensions”, a-t-il écrit.Reste à savoir si sa base de fidèles l’entendra. à voir également sur Le HuffPost: Après l’invasion du Capitole, destituer Trump? “Une erreur” pour ce chef républicainlire aussi: Ces présidents américains qui ont boudé l'investiture de leur successeur Le ministre en charge de protéger l'investiture de Biden démissionne une semaine avant
    Jade Toussay
  • Affaire Karachi: Balladur devant la CJR pour le financement de sa campagne de 1995
    JUSTICE - Plus de vingt-cinq ans après, l’ancien Premier ministre édouard Balladur est jugé à partir de ce mardi 19 janvier devant la Cour de justice de la République pour des soupçons de financement occulte de sa campagne présidentielle de 1995, l’un des volets de la tentaculaire affaire Karachi. édouard Balladur, 91 ans, comparaît au côté de son ex-ministre de la Défense, François Léotard, 78 ans, pour “complicité d’abus de biens sociaux”, l’ancien Premier ministre étant jugé en sus pour “recel” de ce délit.L’ancien locataire de Matignon (1993-95), désireux de “faire face à ses juges et répondre à leurs questions”, sera présent à l’ouverture de son procès, a affirmé à l’AFP l’un de ses avocats, Félix de Belloy.  Le procès pourrait cependant être suspendu dès son ouverture, François Léotard ayant fait savoir qu’il était malade et ne pourrait être présent, selon une source judiciaire. “Il tient à se défendre lui-même, le procès risque donc d’être retardé”, a précisé cette source.Les deux anciens commis de l’état doivent être jugés sept mois après la condamnation à des peines de deux à cinq ans de prison de six autres protagonistes, dont l’intermédiaire Ziad Takieddine, dans le volet non-ministériel de ce dossier aux multiples ramifications. Le cas de édouard Balladur et François Léotard avait été disjoint en 2014 et confié à la CJR, seule instance habilitée à juger les agissements des ministres. Rétrocommissions illégalesComposée de trois magistrats et douze parlementaires, la Cour va plonger, à raison de trois après-midi par semaine, dans la campagne présidentielle de 1995, marquée par la guerre fratricide à droite entre Jacques Chirac et celui qui décidera finalement de se présenter contre lui, édouard Balladur.  Ce dernier est accusé d’être derrière un système de rétrocommissions illégales sur d’importants contrats d’armement avec l’Arabie saoudite et le Pakistan, destinées à renflouer ses comptes de campagne. L’enquête s’est particulièrement intéressée au versement de 10,2 millions de francs (environ 1,5 million d’euros) en une seule fois et en liquide, juste après sa défaite au premier tour. La défense de l’ancien Premier ministre, qui va plaider la relaxe et estime par ailleurs que les faits sont prescrits, a toujours balayé la “thèse” d’un financement occulte, soutenant que cette somme provenait de la collecte de dons et de ventes de gadgets ou tee-shirts lors de meetings. L’enquête a souligné la concomitance entre le dépôt des espèces et les voyages de Ziad Takieddine à Genève. Il avait affirmé, avant de se rétracter, avoir remis des espèces à Thierry Gaubert (alors membre du cabinet du ministre du Budget Nicolas Sarkozy), sur demande de Nicolas Bazire, directeur de la campagne Balladur. Tous trois ont été lourdement condamnés en juin par le tribunal correctionnel de Paris et ont fait appel, comme leurs trois co-prévenus, dont Renaud Donnedieu de Vabres, alors proche collaborateur de François Léotard. “Réseau K”Selon l’accusation, le pouvoir politique a imposé à la branche internationale de la Direction des constructions navales (DCNI) et à la Sofresa, deux entités détenues par l’état qui vendaient sous-marins et frégates, des intermédiaires “inutiles” dans ces contrats, quasiment finalisés, le “réseau K” (pour King en référence au roi d’Arabie saoudite). Et ce afin qu’ils reversent ensuite illégalement à la campagne une partie de l’argent perçu, en plus d’un enrichissement personnel. En 1995, les comptes de campagne de édouard Balladur avaient été validés in extremis par le Conseil constitutionnel. Ce n’est que quinze ans plus tard qu’il a été rattrapé par des investigations lancées après une plainte des familles des victimes de l’attentat de Karachi du 8 mai 2002, qui avait coûté la vie à 15 personnes, dont 11 Français travaillant à la construction de sous-marins pour la DCNI dans le port pakistanais. L’enquête, qui avait au départ privilégié la piste d’Al-Qaïda, s’en était ensuite éloignée pour explorer les possibles liens -non confirmés à ce jour- entre l’attaque et l’arrêt du versement des commissions après la victoire de Jacques Chirac à la présidentielle de 1995. Cette enquête antiterroriste est toujours en cours.“Dans cette affaire d’état, il ne faut pas oublier que édouard Balladur s’est présenté devant l’opinion publique comme le chantre de la moralisation de la vie politique française. Il appartient à la CJR de sanctionner ces dérives”, a estimé Me Olivier Morice, avocat de familles de victimes.à voir également sur Le HuffPost: Sur TF1, Jacques Legros évoque le premier ministre, ”édouard Balladur”LIRE AUSSI: Édouard Balladur testé positif au coronavirus, mais "pas en danger" BLOG - Vingt ans après le quinquennat, lumière sur le "Premier ministre présidentiel"
    AFP
  • Coronavirus : 404 décès en 24 heures en France, le nombre de réanimations retrouve son niveau de mi-décembre
    La pression sur le système hospitalier augmente à nouveau
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Covid-19 : hospitalisations et réanimations repartent à la hausse, record de décès depuis fin novembre
    Les autorités sanitaires françaises constatent dans leur bilan de ce lundi 18 janvier une hausse plus marquée que les semaines précédentes du nombre d'admissions à l'hôpital à cause du Covid-19. Le bilan du nombre de...
  • La disparition de Jean Pierre Bacri, vaccination pour les plus de 75 ans, le projet de loi sur le séparatisme, #metooInceste... Les informés du lundi 18 janvier 2021
    Tous les soirs, les informés débattent de l'actualité sur franceinfo.
  • Covid-19 : les chefs d'établissement scolaire "en ont un petit peu marre" d'aller "de protocole en protocole", selon le SNPDEN-UNSA
    Le syndicat est sceptique concernant l'encadrement des élèves pour exécuter le nouveau protocole sanitaire.
  • Coronavirus : Face au variant britannique, le port de certains masques en tissu déconseillé
    La distance de sécurité est également désormais établie à deux mètres plutôt qu’un
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Coronavirus : Débat au sein de l'Union européenne sur un certificat de vaccination européen
    Quelques pays au sein du club des 27 ont des réticences
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Alexeï Navalny, embarquement immédiat pour la prison
    Interpellé dès son atterrissage à Moscou, l’opposant russe a été condamné lundi à 30 jours de détention en attendant son procès. Ses soutiens et de nombreux pays dénoncent une instrumentalisation de la justice.
    Liberation.fr
  • Projet de loi séparatisme : polémique au premier jour sur le voile et les amendements rejetés
    Les députés ont entamé ce lundi 18 janvier les débats en commissions sur les 51 articles du projet de loi contre le séparatisme qui vise à lutter contre l'islamisme radical, avec une première polémique alimentée par...