Economie

< Retour au menu

  • Accident de randonnée dans le Lot : le Grimp secourt un homme de 48 ans
    Samedi 16 janvier, peu avant 18 h, un homme de 48 ans a chuté sur une dizaine de mètres alors qu’il marchait sur un chemin escarpé et glissant. Ses trois compagnons de randonnée ont alerté immédiatement les secours. ...
  • Le clan Ben Ali pourrait récupérer ses avoirs gelés en Suisse
    Le 19 janvier 2011, la Suisse avait bloque preventivement l'argent de Ben Ali et de son entourage. Le 19 janvier 2021, elle risque de devoir le leur rendre.
  • Quincy et Reuilly, les AOC fausses jumelles
    Episode 1. Degustation parallele de ces deux appellations berrichonnes en peril dans les annees 70 et en pleine croissance aujourd'hui. Une histoire particuliere.
  • Le “Kirkella”, le navire de pêche géant laissé à quai par le Brexit
    Retrouvez chaque semaine sur le site de Courrier international les petites histoires qui racontent l’après-divorce. Ce lundi, celle du Kirkella, gigantesque bâteau-usine britannique désormais dans l’incapacité de sortir pêcher dans les eaux norvégiennes, où il se rendait habituellement en vertu d’un accord entre l’Union européenne et Oslo.
  • Loin des regards, les carnages se multiplient en Éthiopie
    En décembre, le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed avait annoncé que la guerre était finie dans le nord du pays. Mais des images satellites révélées par Bloomberg révèlent des attaques systématiques contre des camps de réfugiés, tandis qu’une nouvelle région, frontalière du Soudan, s’embrase.
  • Avec Anne Hidalgo, le PS se remet à rêver de l’Élysée
    Le Parti socialiste est-il vraiment toujours en panne d’une figure nationale susceptible de porter sa candidature à l’Élysée ? Pour la presse étrangère, la maire de Paris – même si elle ne s’est pas déclarée – fait figure de candidate sérieuse.
  • Mondial de hand EN DIRECT : Les Bleus face à la Suisse pour confirmer... Suivez le match avec nous
    Les Bleus sont favoris face à une équipe qui n'avait pas vraiment prévu de faire le Mondial à l'origine...
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Allemagne : la Fraction armée rouge refait surface dans un baril
    La découverte d'objets enfouis près de Hambourg, ayant vraisemblablement appartenu au groupuscule d'extrême gauche, a rappelé que trois de ses dirigeants étaient toujours recherchés.
    Liberation.fr
  • Inceste : Interdire et punir les actes sexuels entre adultes et mineurs de 13 ans, qu’est-ce que ça peut changer ?
    Si les réactions politiques depuis la publication du livre de Camille Kouchner révélant l’inceste subi par son frère jumeau restent timides, plusieurs députés et sénateurs souhaitent modifier la l&eac
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Toulouse : les soldes sauveront-elles les commerçants ?
    Les soldes d'hiver débutent ce mercredi 20 janvier pour une durée de quatre semaines. Initialement, elles devaient débuter le 6 janvier. Cette période est synonyme d'espoir pour les commerçants toulousains. 
  • Vaccination : "On n’arrive pas à obtenir un rendez-vous !" En Haute-Garonne, la colère des seniors
    Depuis ce lundi, les plus de 75 ans peuvent se faire vacciner. Mais pour certains, impossible de prendre rendez-vous... 
  • Affaire Duhamel : Jean Veil quitte le Siècle
    Le célèbre avocat, fils de Simone Veil, a admis être au courant des viols incestueux impliquant son ami Olivier Duhamel.
  • Les masques FFP2 obligatoires dans certains lieux d'Autriche et de Bavière
    CORONAVIRUS - Un masque oui, toujours, mais plus n’importe lequel. L’Autriche et une partie de l’Allemagne ont décidé d’imposer le port du masque FFP2 dans les transports et les commerces, une mesure qui fait son chemin face à la présence de variants du coronavirus. Dimanche 17 janvier, le gouvernement autrichien a annoncé le prolongement de son troisième confinement au moins jusqu’au 8 février en raison du variant du coronavirus repéré initialement en Grande-Bretagne et qui gagne du terrain.  Plusieurs mesures renforcées vont donc entrer en vigueur à partir du 25 janvier, parmi lesquelles l’obligation de porter un masque FFP2 dans les magasins et dans les transports en commun. Considéré comme plus protecteur que les masques en tissu ou chirurgicaux, le FFP2 est préconisé - notamment en France - pour le personnel médical en contact avec des personnes infectées par le coronavirus.Toutefois, face aux risques de transmission plus élevés des variants britannique et sud-africain, certains gouvernements ont donc décidé d’élargir son utilisation. Outre l’Autriche, c’est aussi le cas dans la région de Bavière en Allemagne: à compter de ce lundi 18, le FFP2 est obligatoire dans les transports et commerces.Dans un communiqué, le gouvernement régional a ainsi défendu “une mesure efficace de protection” qui “vaut mieux qu’un verrouillage qui dure trop longtemps”. Une critique à peine voilée des fermetures décidées au niveau fédéral au moins jusqu’à fin janvier, bien que, selon la presse allemande, l’idée fasse désormais son chemin au sommet de l’état.Pas de généralisation en France à ce stadeQuid de la France? à ce stade, aucune annonce n’a été faite dans ce sens. Et si les scientifiques s’accordent tous sur l’efficacité du FFP2, supérieure à celle des autres types de masques non professionnels, ils se montrent réservés sur une utilisation à très large échelle.Tout d’abord parce que si les variants du coronavirus se transmettent plus vite, rien n’indique pour l’instant que les modes de transmission ont changé, souligne Arnaud Fontanet, épidémiologiste et membre du Conseil scientifique, sur LCI. Le port d’un masque reste donc un geste barrière essentiel, et ce, quel que soit le masque. Mais les scientifiques alertent aussi sur les particularités du masque FFP2, plus rigide et donc encore “plus difficile à porter”. Avec en creux le risque de manipuler le masque plus souvent, voire de l’abaisser sous son nez, autant de gestes qui favorisent les risques de transmission.Le coût du FFP2 est aussi plus élevé que celui des masques chirurgicaux ou en tissu, un facteur à prendre en compte quand l’achat de masques est laissé à la charge des citoyens, sauf pour les plus précaires.à voir également sur Le HuffPost: Quand Mélenchon cumule les approximations sur la vaccinationlire aussi: Ce que l'on sait des cas de mortalité en Norvège après des injections de vaccin Voici comment Israël a fait pour obtenir autant de vaccins si rapidement
    Le HuffPost
  • Electricité : le régulateur propose une hausse de 1,6% du tarif pour les particuliers
    Cette hausse se justifie notamment par "les conséquences de la crise sanitaire de la Covid-19 sur le système électrique français", a expliqué la Commission de régulation de l'énergie.
  • Mort de Jean-Pierre Bacri : Quel(s) souvenir(s) garderez-vous du comédien ?
    L'acteur et scénariste Jean-Pierre Bacri est mort ce lundi des suites d'un cancer à l'âge de 69 ans
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Affaire Alexeï Navalny : Pourquoi l’opposant a-t-il pris le risque de revenir en Russie ?
    Après plusieurs mois de convalescence en Allemagne, Alexeï Navalny est retourné en Russie, dimanche, et a été immédiatement arrêté à l’aéroport
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Quand Jean-Pierre Bacri devait mourir un 14 mars…
    Dans >, une voyante lui avait predit la date de son deces. Pretexte a un film hilarant et cynique realise par sa femme Agnes Jaoui.
  • Europe : trois crises politiques sinon rien
    Pendant la pandemie, la democratie et ses aleas continuent. L'Italie de Conte, les Pays-Bas de Mark Rutte et l'Estonie se paient une crise politique.
  • Covid-19 : Line Renaud a été vaccinée
    A 92 ans, la comedienne a recu sa premiere injection de vaccin contre le Covid-19. Pour elle, il s'agit d'un >.
  • Bacri & Jaoui, couple mythique du cinéma français : « Les dialogues sont notre récompense »
    Le grand Jean-Pierre Bacri est mort à 69 ans. En 2017, vingt-cinq ans après la création de leur première pièce, Agnès Jaoui avait mis en scène, sur les planches du Théâtre de la Porte Saint-Martin, « Cuisine et dépendances » et « Un air de famille »… Deux succès emblématiques du duo Jaoui-Bacri. « L’Obs » les avait rencontrés.
  • Quelle est cette société où il est plus simple de tout interdire que d’imposer un vaccin?
    Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, en mars 2020, nous faisons face, dans nos villes et dans nos villages, aux pires atteintes à nos libertés fondamentales depuis vraisemblablement la seconde guerre mondiale. On nous a interdit de sortir de chez nous, de nous promener dans nos rues, nos campagnes et même nos plages, sous peine d’amende. On nous a interdit de nous réunir, découragé de voir nos amis, nos proches, nos familles, nos anciens en EHPAD. Nos parents, nos enfants, se sont éloignés de nous. On nous a imposé des couvre-feux. On nous a interdit de travailler. Nombre d’entre nous ont dû fermer leurs commerces et cesser leur activité professionnelle, du jour au lendemain. On nous a interdit de nous marier dans des conditions qui respectent le rituel, conjugal et familial, que cette institution représente, alors qu’elle est à la fois un acte individuel et un acte collectif. On nous a interdit d’accompagner nos défunts dans des conditions humaines et décentes.  On nous a interdit de mettre nos enfants à l’école. On nous a interdit de vivre notre vie associative, d’avoir accès à la culture, de faire du sport. Nous avons accepté ces atteintes à nos libertés. à notre mode de vie. à notre vie. Nous avons accepté que nos rapports sociaux se délitent. Nous avons accepté de nous enfoncer dans une crise économique majeure, puisque notre économie perd, selon les estimations, de 5 à 8 milliards d’euros chaque mois.  Que n’avons-nous pas accepté? Rien! Nous avons accepté le plus inacceptable. Même le plus insupportable. Nous avons accepté de laisser des entreprises faire faillite et de perdre de manière durable des milliers d’emplois chaque mois, depuis plus de 10 mois. Nous avons accepté de porter des masques, pour nous protéger nous-mêmes et pour protéger les autres. Nous avons accepté l’obligation réglementaire, dans certains lieux publics, de respecter une distanciation sociale. Que n’avons-nous pas accepté? Rien! Nous avons accepté le plus inacceptable. Même le plus insupportable. Parce qu’il le fallait. C’est, en tout cas, ce qu’on nous répète depuis des mois. Et puis arrive le vaccin. Arrive l’unique solution nous permettant de pouvoir sortir de cette crise sanitaire, économique, sociale, psychologique. Arrive donc la fin de toutes nos restrictions de liberté, y compris les plus violentes. Et alors que nous aurons été réprimés comme rarement, le vaccin, lui, est… optionnel. Sérieusement? La France a déjà rendu des vaccins obligatoires. La loi du 30 décembre 2017, sur proposition d’Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a rendu obligatoires 8 vaccins supplémentaires, jusqu’alors simplement “recommandés” pour la petite enfance, en complément des 3 vaccins imposés auparavant. Cette décision répondait à “une nécessité d’enrayer certaines maladies infectieuses”, nous a informé le ministère des Solidarités et de la santé. Dont acte. La nécessité d’enrayer la propagation de la Covid-19 serait-elle moins importante? Nous avons, sans doute, mal dû comprendre ce qui se passe depuis 10 mois. Ou alors nous avons trop bien compris que le gouvernement, après avoir tout imposé à l’ensemble de notre population, recule sans combattre devant une fronde hypothétique des antivaccins. Quelle est cette lâcheté historique à laquelle nous sommes confrontés? Quelle est cette société où il est plus simple de tout interdire et de nous faire renoncer à notre humanité, que d’imposer l’administration d’un vaccin? Qui imagine un seul instant le général de Gaulle reculer devant une piqûre? à voir également sur Le HuffPost: à Nancy, les premiers vaccinés du public déterminésLIRE AUSSI BLOG - D’abord la décision, après la participation: l’illusion du collectif citoyen sur les vaccins BLOG - La crise de la Covid-19 doit nous vacciner contre le trop d’État Ce que l'on sait des cas de mortalité en Norvège après des injections de vaccin
    Thierry Granturco
  • Arnaud Montebourg déplaît à Jean-Luc Mélenchon avec son "ouverture à la droite"
    POLITIQUE - Le chante du “made in France” pencherait-il trop vers la droite? C’est en tout cas ce que constatent plusieurs responsables de gauche, dont le leader de la France insoumise, Jean-Luc Mélenchon. Dans un billet publié sur son blog ce lundi 18 janvier, le député des Bouches-du-Rhône s’interroge en effet sur “l’ouverture à la droite” prônée par son potentiel rival Arnaud Montebourg, même s’il note aussi de nombreuses “convergences” (comme il l’avait fait dans un entretien qu’il avait accordé au HuffPost).Le candidat déclaré à l’élection présidentielle énumère les thèmes qui rapprochent les deux hommes: annulation de la dette liée au Covid, confrontation avec le cadre européen, principe général d’une VIe République...Permettant de faire “essaimer” les idées insoumises, la présence d’Arnaud Montebourg dans le débat “peut être très utile et même profitable pour nous”, estime Jean-Luc Mélenchon. Pour autant, il pointe également des divergences, à l’image du nucléaire dont lui souhaite la sortie et d’une alliance avec la Turquie qu’il juge “impossible”. Mais rien qui ne soit insurmontable pour le leader de la France insoumise. “Pourquoi ne pourrait-on pas se comprendre? Tout cela est gérable”, écrit-il. “Je le vois discuter avec Guaino”Sauf sur un point, “l’ouverture à la droite politique que recommande Montebourg”. “Les compliments du numéro deux de LR (Guillaume Peltier) et ceux de Xavier Bertrand attestent d’un dialogue qui ne nous convient pas”, écrit le patron des députés insoumis.Arnaud Montebourg avait notamment déclaré au Point en janvier: “La droite post-gaulliste qui défend notre pays et n’est pas favorable à la mondialisation me paraît tout aussi proche de moi que de nombreuses personnalités de gauche”.“Je ne crois pas que puisse exister une convergence réelle entre parti de droite et formations de gauche politique dès que nous venons sur le terrain fondamental de la question sociale”, assène Jean-Luc Mélenchon. Selon lui, “la conquête de la souveraineté n’est pas une fin en soi. Elle est bien le moyen de servir une politique particulière”.Le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure a émis une critique similaire dimanche sur France Inter: “Je veux être souverain mais pour pouvoir décider par exemple d’un impôt sur la fortune, ils (à droite) sont contre, je veux être souverain parce que je veux aussi qu’on réduise les inégalités”. Mêmes critiques formulées un peu plus tôt dans La Dépêche du weekend. “De ce que j’observe à ce stade, il ne cherche pas à incarner le bloc socialiste et écologiste mais il tente ce que Jean-Pierre Chevènement a tenté en son temps, c’est-à-dire rapprocher les souverainistes des deux rives. Je le vois discuter avec Guaino et ça n’est pas ma tasse de thé”, avait déclaré le patron du PS. L’union de la gauche et des écologistes en vue de 2022 paraît loin. à voir également sur Le HuffPost: Quand Mélenchon cumule les approximations sur la vaccinationLIRE AUSSI Le patron du PS en a assez que Hollande "tire en permanence contre son camp" François Ruffin écarte l'idée d'une candidature en 2022
    Le HuffPost avec AFP
  • Line Renaud s'est fait vacciner contre le Covid-19
    VACCINATION - Place aux seniors: la vaccination contre le Covid-19 s’est élargie lundi 18 janvier à toutes les personnes âgées de plus de 75 ans. La comédienne et chanteuse Line Renaud est l’une des premières à se faire vacciner à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) ville dirigée par le maire LR Patrick Ollier aux bras duquel elle est arrivée..“C’est une question de vie pour vous, la vôtre d’abord. Et ensuite, celle des autres,” explique-t-elle dans la vidéo en tête d’article. Comme de nombreuses personnes de plus de 75 ans, la comédienne avait quelques craintes avant de se décider.“J’étais très réticente. Je ne savais pas, j’avais plutôt décidé d’attendre de voir les résultats secondaires, s’il y avait des effets secondaires. Et puis devant l’ampleur de l’épidémie, j’ai décidé d’y aller”, avoue-t-elle au micro de l’AFP.“Un acte de solidarité collective”C’est bien pour montrer l’exemple que Line Renaud a accepté de médiatiser sa vaccination. “Ce que je peux dire aux personnes encore réticentes, c’est que c’est une question de vie pour soi et pour les autres. C’est un acte de solidarité collective”, a ajouté la chanteuse, une des figures publiques les plus populaires en France.Réservée jusque-là à certains publics prioritaires, dont les résidents d’Ehpad ou les soignants, la vaccination est désormais accessible aux 75 ans et plus ne vivant pas en maison de retraite (5 millions de personnes). S’y ajoutent près de 800.000 personnes présentant des pathologies à “haut risque” (insuffisances rénales chroniques, cancer sous traitement...). Ce public peut désormais prendre rendez-vous dans l’un des 830 centres ouverts à ce jour.à voir également sur Le HuffPost: à Nancy, les premiers vaccinés du public déterminésLIRE AUSSI: Ce que l'on sait des cas de mortalité en Norvège après des injections de vaccin Pourquoi les variants du coronavirus se multiplient
    Le HuffPost avec AFP
  • Strasbourg : une coopérative alimentaire pour consommer bio et local
    Les mesures sanitaires ont favorisé le rapprochement entre les consommateurs et les producteurs, d'où le succès des entreprises coopératives, comme à Strasbourg (Bas-Rhin).
  • Bison, ours, chacal : en Europe, le retour progressif du sauvage
    Le concept de réensauvagement est de plus en plus appliqué dans les politiques de protection de la nature sur le Vieux Continent, que ce soit dans les parcs naturels, en ville ou sur des terres agricoles. Malgré quelques limites, ces projets génèrent un surprenant retour d'espèces sauvages.
    Liberation.fr
  • Jean-Pierre Bacri, l'acteur râleur et humaniste, est mort
    Figure du théâtre et du cinéma français, il a succombé à un cancer à 69 ans.
    Liberation.fr
  • Didier Raoult a-t-il reconnu que sa première étude sur l’hydroxychloroquine ne concluait rien ?
    Sur les réseaux sociaux, de nombreux commentateurs ont cru à tort que l’IHU de Marseille effectuait un rétropédalage quant à l’intérêt du traitement promu depuis dix mois par son directeur.
    Liberation.fr
  • Décentraliser la solidarité
    En période de crise, la société civile a montré qu'elle savait s'adapter aux réalités locales. Il est temps de s' inspirer de cette expérience pour créer un nouveau modèle de développement. Une tribune de Lucile Aigron, directrice générale de la coopérative des Tiers-Lieux, installée en Gironde où se tiendront les journées Solutions solidaires dont «Libération» est partenaire.
    Liberation.fr
  • Carole Delga : " Je me battrai pour que cette région reste à gauche "
    Élections régionales, couvre-feu à 18 heures, situation économique, campagne de vaccination… la présidente (PS) de la Région Carole Delga recevait la presse ce lundi matin, pour un tour d’horizon de l’actualité. 
  • Rachat de Carrefour : le PDG de Couche-Tard réaffirme son intérêt pour une transaction
    Le groupe canadien Couche-Tard a réitéré son souhait de se rapprocher de Carrefour malgré le refus ferme du gouvernement français. Le PDG, Brian Hannasch, dit "rester à l'écoute", espérant un rebondissement dans les...
  • Mustapha Benfodil : « Je salue les enfants du hirak »
    ENTRETIEN. Dans >, Prix litteraire Mohammed Dib, le journaliste algerien interroge le deuil, le couple et l'amour. Des themes d'actualite.
  • Disneyland Paris ne rouvrira pas en février
    Fermes depuis le reconfinement, fin octobre, les parcs d'attractions de Marne-la-Vallee devaient rouvrir pour les vacances d'hiver.
  • Belgique : inquiétude autour du variant anglais
    À Houthulst (Belgique), une maison de retraite est fortement touchée par le variant anglais du Covid-19. Reportage et explications sur place avec Julien Gasparutto.
  • Projet de loi séparatisme : les députés en tour de chauffe
    Les deputes se penchent a partir de ce lundi sur le projet de loi sensible contre les separatismes, annonce en octobre par Emmanuel Macron.
  • Qui est Alexandre Mazzia, le seul promu 3-étoiles du guide Michelin 2021 ?
    Alexandre Mazzia est cette année le seul chef promu dans la catégorie suprême du guide Michelin. L’Obs avait rencontré en ses terres marseillaises ce cuisinier passionné de 44 ans arrivé à la cuisine « par hasard »
    Nathalie Funès, Christel Brion
  • L’acteur et scénariste Jean-Pierre Bacri est mort d'un cancer à l’âge de 69 ans
    L'homme, plusieurs fois primé, figure du théâtre et du cinéma français, occupait une place de choix auprès du public.
  • Pour lutter contre le racisme, le Limoges CSP s'allie avec la Ligue des droits de l'Homme
    C'est une première dans le sport français. En basket, le Limoges CSP signe un partenariat avec la Ligue des Droits de l’Homme pour mener à bien des actions contre le racisme.
  • Michelin : "Malgré le contexte, les chefs ont été au rendez-vous", déclare le directeur du guide gastronomique
    "Nos inspecteurs se sont régalés", a affirmé sur franceinfo Gwendal Poullennec, directeur international des Guides Michelin. "Malgré le contexte, les restaurants ont réussi à se battre, à assurer leur niveau de qualité et parfois même à se dépasser", a-t-il assuré.
  • Appel à témoignages. Covid-19 : enseignant à l'université, vous êtes confronté aux difficultés des étudiants ? Racontez-nous
    Entre l'isolement et la précarité, de nombreux étudiants ont exprimé leur mal-être. Franceinfo donne la parole aux professeurs pour mieux cerner le phénomène.
  • Appel à témoignages. Covid-19 : enseignant à l'université, vous êtes confronté aux difficultés des étudiants ? Racontez-nous
    Entre l'isolement et la précarité, de nombreux étudiants ont exprimé leur mal-être. Franceinfo donne la parole aux professeurs pour mieux cerner le phénomène.
  • Musée Picasso, Quai Branly, Château de Versailles : quand les grands musées utilisent TikTok pour rajeunir leur public
    La plateforme qui revendique 100 millions d'utilisateurs en Europe, va approfondir une expérience qui a connu un vif succès, dans le cadre de la "saison culturelle, #CultureTikTok"
  • "Princes et princesses de l'amour" : Zoubir dans le viseur de sa hiérarchie
    POLICE - Bien loin des “Princes et princesses de l’amour” diffusée tous les jours sur W9, Zoubir fait parler de lui dans un tout autre domaine. Si le candidat dont le sourire fait des ravages n’en fait aucune référence dans l’émission, il est en effet fonctionnaire de police dans le 16e arrondissement de Paris. Et, son employeur vient de confirmer au Parisien, ce lundi 18 janvier, qu’il avait ouvert “des enquêtes administratives” à son égard. La préfecture de police se demande s’il n’a pas commis des “manquements au devoir exigé par sa fonction”. L’homme aurait fait l’objet d’un signalement sur la plate-forme de l’IGPN. Pour l’heure, on ne connait pas vraiment l’origine de celui-ci.Contacté en vain par Le Parisien, l’employeur de Zoubir, s’interroge sur les “activités extra-professionnelles” du policier. En effet, ce dernier n’avait pas informé sa hiérarchie de sa participation à l’émission de téléréalité “Princes et princesses de l’amour ” et se serait mis en arrêt maladie lors du tournage de l’émission.Très actif sur TikTokZoubir alias “zou.off” sur TikTok compte 121.000 abonnés. Il semble très à l’aise et partage de nombreuses vidéos qui à première vue paraissent bon enfant. Mais, certaines d’entre elles posent problème, comme celle visible ci-dessous, où il apparaît avec son uniforme de policier.@zou.offSi t’as la ref, c’est la partie 2 #HUMOUR 🤡 #fyp#pourtoi#foryou foryoupage #pourtoipage#viral IG : zou.off♬ Wesh gros - BandoZoubir n’hésite pas à multiplier des vidéos taboues comme “sortir sans attestation” ou “choper des snaps et numéros sur les contrôles Covid” en passant par “profiter du confinement pour aller dormir chez les sœurs”. Certaines ont été visionnées près de 455.000 fois. à voir également sur Le HuffPost : Mory Sacko de Top Chef décroche sa première étoile dans le Guide Michelin 2021LIRE AUSSI: La chorégraphie de la police suisse pour faire oublier le coronavirus Une agricultrice lesbienne dans la prochaine saison de "L'Amour est dans le pré"
    Mathilde Pereira Karsenti
  • À Singapour, de nouvelles restrictions pour les salariés expatriés
    Dans le viseur des autorités singapouriennes : les salariés détachés sur place par les multinationales.
  • VIDEO. Jean-Pierre Bacri, l’homme qu’on adore voir râler (même s'il sait faire autre chose)
    Le comédien ne passe pas son temps à faire la tête, comme le confirme « Photo de famille » et la vidéo créée par « 20 Minutes »…
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Coronavirus dans les Bouches-du-Rhône : Le département manque-t-il de vaccins ?
    Dans un communiqué de presse, la présidente LR du département des Bouches-du-Rhône Martine Vassal accuse l’Etat de limiter le nombre de centres de vaccinations contre le Covid-19 par manque de doses
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Couvre-feu en Isère : Quelles suites judiciaires après la grosse fête clandestine près de Grenoble ?
    Deux cents personnes ont participé à une fête clandestine à Saint-Martin-d'Hères, en banlieue grenobloise samedi. Trois personnes avaient été placées en garde à vue après l'
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Etats-Unis : Faut-il s’attendre à un dernier coup d’éclat de Donald Trump avant son départ de la Maison Blanche ?
    Ce mercredi, Joe Biden deviendra le 46e président des Etats-Unis. D’ici là, Donald Trump garde les rênes du pays, avec toutefois cette procédure d’impeachment au-dessus de la tête qui limite ses marges de man&o
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • France 2 : Daphné Bürki lance une « grande soirée » en direct au profit du Secours populaire
    Une quarantaine d’artistes participera, début février, à cette émission spéciale visant à récolter des dons et à accompagner le lancement de la tombola solidaire du Secours populaire
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • La grosse bourde de CNews qui confond le capitole de Washington avec celui de Toulouse
    Ce week-end, en voulant illustrer l'interpellation d'un homme lourdement armé devant le Capitole de Washington, Cnews a utilisé l’image du Capitole… de Toulouse.
  • VIDEO. Haute-Garonne : la vaccination des plus de 75 ans a commencé ce lundi
    Depuis ce lundi, la vaccination contre la Covid-19 est ouverte aux plus de 75 ans. Plusieurs centres ont ouvert dans le département, certains affichent déjà complet pour les prochaines semaines.
  • Damon – Dégenrer le jeu d’échecs, quelle bonne idée !
    Noir, blanc, roi, reine, les echecs sont la quintessence d'un monde binaire. Pasticher les extremes du sabir inclusif permet d'en souligner l'inanite.
  • Sébastien Le Fol – Macron refait la déco !
    EDITO. Si le president veut rompre avec la societe de connivence et de statuts, il doit commencer par distinguer davantage ceux qui prennent des risques.
  • #Metooinceste : "Il n'y a pas de numéro inceste info service", déplore le vice-président de l'association "Face à l'inceste"
    Patrick Loiseleur affirme sur franceinfo qu'il existe "un déni et un tabou institutionnel" en France vis-à-vis de l'inceste. Il plaide pour la mise en place de campagnes de dépistage et réclame la mobilisation des professionnels de santé.
  • Mort de Jean-Pierre Bacri, l'acteur avait 69 ans
    CULTURE - Triste jour pour le septième art français. L’acteur, scénariste et réalisateur Jean-Pierre Bacri est décédé à l’âge de 69 ans d’un cancer ce lundi 18 janvier “en début d’après-midi”, a annoncé son agente à l’AFP. Né en mai 1951 dans l’ex-Algérie française, Jean-Pierre Bacri, figure du théâtre et du cinéma français, occupait une place de choix auprès du public pour ses rôles d’anti-héros râleurs et désabusés mais profondément humains. Il jouera son premier rôle dans “Le Toubib” aux côtés d’Alain Delon en 1979. Mais ce n’est que deux ans plus tard que sa renommée sera établie, lorsqu’il jouera le rôle d’un proxénète dans “Le Grand Pardon” d’Alexandre Arcady. Les années qui suivent sont celles des seconds rôles, dont celui de l’inspecteur Batman dans le film “Subway” de Luc Besson, qui lui vaudra une nomination aux César en 1986.Mais en 1987, Jean-Pierre Bacri rencontre Agnès Jaoui au théâtre, dans “L’anniversaire” de Pinter. C’est le début d’une longue relation, professionnelle et personnelle, qui accouchera de plusieurs films cultes.Les “Jacri”, le duo Bacri-JaouiTrès vite, les “Jacri” — comme les surnommait Resnais — mettent en commun leur humour acide et leur don d’observation pour écrire à quatre mains. Leur première pièce “Cuisine et dépendances” (1992) est un succès vite adapté au cinéma. Viennent ensuite “Smoking/No Smoking” où les deux sont co-scénaristes, mais aussi “Un air de famille” ou “Le Goût des Autres”, tous distingués aux César et au Festival de Cannes.Jean-Pierre Bacri a été nommé six fois pour le César du meilleur acteur (pour “Kennedy et moi”, “Le Goût des autres”, “Les Sentiments”, “Cherchez Hortense”, “La Vie très privée de Monsieur Sim” et “Le Sens de la fête”) mais n’a remporté qu’une seule fois celui du meilleur second rôle pour “On connaît la chanson”.Parfois catalogué comme l’acteur d’un seul rôle, celui de l’éternel bougon, il détestait pourtant qu’on lui colle “cette étiquette”: “Je ne joue pas toujours des personnages râleurs!”, s’était emporté l’acteur auprès de l’AFP en 2015. Pour Bacri, qui n’aimait pas les héros et “ne croyait pas aux types éclatants de bonheur”, “traquer le vécu, la sobriété, la pudeur” et “refuser la tricherie” étaient une profession de foi. Dans les rôles qu’il choisissait, ou ceux qu’il écrivait avec Agnès Jaoui, Jean-Pierre Bacri pourfendait le sectarisme culturel, le conformisme, les chapelles, la servilité…Ces dernières années, l’acteur tournait moins, se limitant à deux films par an et revendiquant son droit à la paresse.En 2017, il avait également joué dans “Grand froid” de Gérard Pautonnier et “Santa et Cie” d’Alain Chabat. Et dans “Le Sens de la fête” d’Olivier Nakache et éric Toledano, il est irrésistible dans le rôle de Max, organisateur d’un mariage où rien ne se déroule comme prévu, un rôle d’éternel bougon taillé sur mesure. Parmi ses tout derniers films, “Place publique”, d’Agnès Jaoui, en 2018. à voir également sur Le HuffPost: lire aussi: Découvert dans "L'Apprenti", l'acteur Mathieu Bulle est mort à 30 ans Un nouveau teaser irrévérencieux pour "OSS 117 3" avec Jean Dujardin
    Le HuffPost avec AFP
  • Jean-Pierre Bacri, le râleur préféré du cinéma français, est mort à l'âge de 69 ans
    Le comédien est mort à l'âge de 69 ans des suites d'un cancer
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Passeport vaccinal : qui est pour ou contre ?
    Le document qui permettrait aux personnes vaccinées contre le Covid-19 de retrouver une «vie normale» divise en France et l’étranger.
    Liberation.fr
  • Donald Trump «the Killer», par Robert Badinter
    Pour lui et ses amis, une pluie de grâces présidentielles a interdit les poursuites. Pour les misérables qui peuplaient les couloirs de la mort, les exécutions capitales se sont multipliées.
    Liberation.fr
  • Mayotte : des toilettes sont-elles réservées aux blancs à l'hôpital ?
    Une phrase au conditionnel dans un reportage de la chaîne publique Mayotte la 1ère laissait entendre que le centre hospitalier de Mayotte (CHM) pratiquait une ségrégation raciale dans l'accès aux toilettes. Plusieurs sources hospitalières démentent et livrent à «CheckNews» une autre version.
    Liberation.fr
  • Coupe Davis : Après le fiasco de 2019, les organisateurs envisagent (déjà) un changement de format
    C’est dommage, on avait adoré les matchs qui se terminaient à 6h du mat' pourtant
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)
  • Trente ans après leur mariage civil, Jean-Marie Le Pen a épousé religieusement sa femme Jany
    Aucune des filles de Jean-Marie Le Pen n’était au courant, selon la présidente du Rassemblement national, Marine Le Pen
    no-reply@20minutes.fr (No Reply)